bannière
bannière
ALERTE COVID-19 : 40 nouveaux cas positifs et 2 décès enregistrés ce dimanche au Sénégal
Santé
Mutation du coronavirus : Faut-il croire la thèse du professeur Raoult ?
20/08/2020
Mutation du coronavirus : Faut-il croire la thèse du professeur Raoult ?


« Plus vous testez, plus vous trouvez de ca. «ceux (les cas, ndlr) qu'on trouve maintenant et ceux que l'on trouvait en février ou en mars, ce n'est plus la même maladie». C’est l’une des dernières sorties en date du professeur Didier Raoult, directeur de l’Institut Méditerranée-Infection de Marseille et fervent défenseur controversé de l’hydroxychloroquine.

Le spécialiste des maladies tropicales émergentes, qui s’exprimait sur la chaîne Cnews, mercredi 19 août, a laissé entendre que la virulence de la Covid-19 a fortement diminué et que les formes actuelles du virus seraient davantage plus « bénignes »  

Il en veut pour preuve la proportion des gens hospitalisés qui est « beaucoup plus faible » et la disparition de troubles de la coagulation l’un des symptômes graves imputés au virus.

Ce n’est pas la première fois que la question de la mutation du virus est soulevée. l’infectiologue Paul Tambyah, consultant senior à l’Université nationale de Singapour et président élu de la Société internationale des maladies infectieuses a indiqué qu’une mutation du virus SARS-CoV-2 qui semble plus infectieuse que la forme originelle du nouveau coronavirus pourrait être moins meurtrière.

Selon lui, les données disponibles suggèrent que la prolifération de la mutation dans certaines régions du monde a coïncidé avec une baisse des taux de mortalité, suggérant que cette mutation est à l’origine d’une variante moins meurtrière du nouveau coronavirus. « C’est dans l’intérêt du virus d’infecter davantage de gens mais sans les tuer, puisqu’un virus dépend de son hôte », a-t-il indiqué

Si on se réfère aux statistiques de la situation dans certains pays comme la France, l’Italie ou encore la Grande Bretagne, le nombre de nouveaux cas continue certes sa nette progression mais le nombre de morts quotidiens en revanche est plus faible comparé à ceux des premiers mois de l’apparition de la maladie. 

En Italie par exemple, 7 décès ont été dénombrés en 24h, hier mercredi 19 août. On est loin des 500 voire 600 cas quotidiens rapportés début avril. Reste à savoir si cela est dû à la thèse des professeurs français et singapourien ou à la capacité des pays à faire  désormais face à la maladie par des mesures endogènes.

copyright www.intelligences.info

A SUIVRE AUSSI

0 commentaires

    Nom :
     

    Commentaire :