bannière
bannière
ALERTE COVID-19 : Coronavirus : le chef de la diplomatie allemande en quarantaine
politique
Chef de l'opposition : qui pour incarner ce rôle ?
08/09/2020
Chef de l


Le débat sur l'identité du futur chef de l'opposition a repris de plus belle au Sénégal. Et l'identité du futur détenteur de ce titre divise l'opposition. Pour le moment deux noms se dégagent. Celui d'Idrissa Seck, d'abord. 

L'ancien Maire de Thiès a coalisé durant durant la dernière élection présidentielle la majeure partie de l’opposition politique traditionnelle autour de sa candidature : Khalifa Sall, Abdoul Mbaye, Malick Gakou, Bougane Gueye, Pape Diop, Mamadou Diop Decroix, et tant d’autres. Grâce à ses soutiens en nombre, Idrissa Seck a pu réaliser un score de plus de 20% qui sonnait comme une forme de renaissance après ses 7% obtenus en 2012. L’ancien Premier ministre d’Abdoulaye Wade a même réalisé des victoires de prestige à Thiès et surtout dans la ville sainte de Touba. Du côté de la majorité présidentielle, Idy, comme on le surnomme, demeure d'ailleurs l'option privilégiée.  « A mon avis, le deuxième à l’élection présidentielle doit être d’office le chef de l’opposition parce que nous sommes pas dans un régime parlementaire mais nous sommes dans un régime présidentiel, a ainsi déclaré Abdou Mbow, député de la coalition Benno Bok Yakaar. 

Mais la désignation d'Idrissa Seck est loin de faire l'unanimité dans les rangs de l'opposition. Le parti Pastef/Les patriotes, dirigé par Ousmane Sonko, plaide que ce statut soit réservé au leader du principal parti d'opposition au parlement. "Cette option se justifie par le fait que le chef de file de l’opposition dans les systèmes politiques où il est consacré, porte la voix de l’opposition sur des questions d’intérêt national. Ainsi, nous estimons que la représentativité de l’Assemblée nationale est celle qui reflète le mieux les dynamiques en cours dans notre pays et, à ce titre, elle constitue le lieu par excellence des débats, compromis, accords et désaccords entre gouvernement et opposition, notamment au moment du vote des lois’’, estime ce parti dans un communiqué. Ce qui voudrait dire qu'Abdoulaye Wade, chef de file du Parti Démocratique Sénégalais, est le plus à même d'incarner ce rôle. 

Une autre frange de la classe politique et même de la société juge cependant peu pertinent la nomination d'un chef de l'opposition. « Crises presque partout, mal gouvernance, Récession, Covid-19, voilà le quotidien du Sénégal aujourd'hui. Face à de tels défis, il est puéril pour toute opposition qui se respecte de se chamailler pour une préséance politicienne", a ironisé Cheikh Bamba Dieye sur sa page Twitter. "Un piètre débat qui est savamment orchestré par la Commission politique pour divertir et détourner l’opinion des vraies réformes institutionnelles dont le pays a réellement besoin », a tranché de son côté, Birahim Seck, Coordonnateur du Forum Civil. 

 

copyright www.intelligences.info

A SUIVRE AUSSI

0 commentaires

    Nom :
     

    Commentaire :