bannière
bannière
ALERTE COVID-19 : Coronavirus : le chef de la diplomatie allemande en quarantaine
Le coin santé
Focus sur la septicémie, infection responsable d’un décès sur 5 dans le monde
11/09/2020
Focus sur la septicémie, infection responsable d’un décès sur 5 dans le monde


Dans un communiqué publié le 8 septembre, l’Organisation mondiale de la Santé (OMS) a appelé à une action mondiale contre l’état septique, infection responsable d’un décès sur 5 dans le monde. En d’autres termes, il est à l’origine de 11 millions de décès chaque année, dont beaucoup d’enfants selon des études récentes.

« Le monde doit intensifier d’urgence ses efforts pour améliorer les données sur l'état septique afin que l'ensemble des pays puissent détecter et traiter cette terrible maladie à temps », déclare le Dr Tedros Adhanom Ghebreyesus, directeur général de l’OMS. Il  ajoute que « Cela signifie qu'il faut renforcer les systèmes d’information sanitaire et garantir l’accès à des outils de diagnostic rapides et à des soins de qualité, y compris des médicaments et des vaccins sûrs et abordables. »

L’état septique ou la septicémie est une infection générale grave, qui à partir d’un foyer infectieux initial,  décharge dans le sang, de micro-organismes qui peuvent essaimer et créer des foyers infectieux secondaires. D’après les scientifiques, toute infection peut déclencher une septicémie, mais les types d’infections les plus courants sont la pneumonie, l’infection abdominale, rénale et sanguine. Selon le National Institute of General Medical Sciences, le nombre de cas augmente chaque dans plusieurs pays notamment aux Etats-Unis en raison de la population vieillissante, de l’augmentation de la résistance aux antibiotiques (lorsque ces derniers perdent leur capacité à tuer les bactéries), de l’augmentation du nombre de personnes atteintes de maladies qui affaiblissent leur système immunitaire.

 Le premier rapport mondial de l'OMS sur l'état septique, indique que les efforts déployés pour faire face aux millions de décès et de handicaps imputables à cette affection sont entravés par de graves lacunes en matière de connaissances, en particulier dans les pays à revenu faible ou intermédiaire. Selon l’agence onusienne, l’infection touche de « manière disproportionnée », les populations vulnérables notamment les nouveau-nés, les femmes enceintes et les personnes vivant dans les milieux à faibles ressources. « Près de la moitié des 49 millions de cas d'état septique concerne chaque année des enfants, ce qui entraîne 2,9 millions de décès, dont la plupart pourraient être évités par un diagnostic précoce et une prise en charge clinique appropriée. »

 

 

 

copyright www.intelligences.info

A SUIVRE AUSSI

0 commentaires

    Nom :
     

    Commentaire :