bannière
bannière
ALERTE COVID-19 : Coronavirus : le chef de la diplomatie allemande en quarantaine
société
Regain des agressions contre les journalistes : le cri d’alarme de l’Unesco
15/09/2020
Regain des agressions contre les journalistes : le cri d’alarme de l’Unesco


 Les journalistes ont de tout temps fait  l’objet  de violences diverses dans l’exercice de leur fonction. Le récent rapport intitulé « Sécurité des journalistes couvrant des manifestations - Préserver la liberté de la presse en période de troubles civils »  publié par l’Unesco corrobore ces cas de brutalités notés dans le monde ces cinq dernières années.  Pis, il indique que les manifestations au cours desquelles les journalistes ont été violentés, ont augmenté. . En 2015, plusieurs journalistes avaient été empêchés par la police et les forces de sécurité de faire leur travail lors d’une quinzaine de manifestations. En 2019, avec 32 manifestations ce chiffre a augmenté significativement.

Le rapport suggère qu'un nouveau seuil inquiétant a été franchi, avec une menace importante et croissante pour la liberté des médias et la liberté d'accès à l'information dans toutes les régions du monde. 

Entre autres violences subies par les journalistes, la surveillance, le harcèlement, l'intimidation, les coups, les tirs de munitions létales et non-létales, la détention, l'enlèvement et la destruction délibérée de matériel.

Mais l’Unesco a rappelé le rôle déterminant des hommes de la presse pour informer le grand public. Le rapport souligne que 10 d’entre eux ont perdu la vie ces cinq dernières années.

« Les journalistes ont un rôle essentiel à jouer pour témoigner et informer le public sur les mouvements de protestation. Depuis de nombreuses années, l’UNESCO a eu une action de sensibilisation dans le monde pour s’assurer qu’ils puissent le faire en toute sécurité, sans crainte d’être persécutés, et elle a formé les forces de sécurité ainsi que le personnel judiciaire en matière de normes internationales et de liberté d’expression », a rappelé Audrey Azoulay, directrice générale de l’agence onusienne.  « Nous appelons la communauté internationale et toutes les autorités compétentes à veiller à ce que ces droits fondamentaux soient respectés », a-t-elle ajouté

En outre, le document donne quelques pistes pour éviter ses manquements vis-à-vis des journalistes. Il s'agit notamment de renforcer la formation des policiers et des forces de l'ordre en matière de liberté d'expression et de comportement approprié dans leurs relations avec les médias ; de fournir une formation et des équipements appropriés à la presse, y compris aux journalistes indépendants, couvant des manifestations ; de nommer des médiateurs nationaux pour établir les responsabilités policières dans l'usage de la force contre les journalistes lors des manifestations ; et de renforcer les mécanismes nationaux pour la sécurité des journalistes. 

 

copyright www.intelligences.info

A SUIVRE AUSSI

0 commentaires

    Nom :
     

    Commentaire :