bannière
bannière
ALERTE COVID-19 : Coronavirus : le chef de la diplomatie allemande en quarantaine
Santé
Pourquoi l’Oms prédit un automne « plus dur » en Europe
15/09/2020
Pourquoi l’Oms prédit un automne « plus dur » en Europe


Les cas de contamination à la Covid-19 repartent à la hausse dans plusieurs pays d'Europe et du monde. D’aucuns évoquent déjà le scénario de la seconde vague de la maladie. En Europe, depuis plusieurs semaines maintenant, des milliers de cas positifs sont détectés notamment en Espagne et en France. Selon les données publiques de l'organisation mondiale de la Santé (OMS), plus de 51.000 nouveaux cas ont été rapportés pour la seule journée du vendredi 11 septembre dans les 55 pays de l'OMS Europe. Soit plus que les pics observés en avril, même si les capacités de tests étaient nettement moindres à l'époque, selon les experts.

Ainsi, l’organisation dirigée par Tedros Adhanom Ghebreyesus a prédit un automne « plus dur » en automne. « Cela va devenir plus dur. En octobre, en novembre, on va voir une mortalité plus élevée », a déclaré Hans Kluge, directeur régional pour l'Europe à l'OMS. « On est à un moment où les pays n'ont pas envie d'entendre ce genre de mauvaises nouvelles, et je comprends », a-t-il ajouté.

Les jeunes sont de plus en plus pointés du doigt, accusés de la hausse des contaminations. Si le risque vital est plutôt faible pour les moins de 50 ans, leur rôle dans la propagation serait crucial. « L'épidémie est en train de changer », a averti Takeshi Kasai, directeur régional de l'OMS pour le Pacifique occidental. En effet, étant asymptomatiques, beaucoup de jeunes peuvent devenir de grands contaminateurs sans s'en rendre compte. Et cela accroît le risque de transmission aux plus vulnérables.

Face à une maladie nouvelle, Hans Kluge a défendu les tâtonnements des autorités ces derniers mois et mis en garde contre une gestion trop politisée de la crise sanitaire dans un contexte où le doute s'est installé au sein des populations. D’après lui, le plus important dans la gestion du coronavirus, c’est de fonder la riposte « sur des données épidémiologiques et de santé publique ». Selon l'OMS, la pandémie ne doit pas être gérée de la même manière qu'à la fin de l'hiver dernier, « En février, nous avons ciblé la société dans son ensemble (...) maintenant nous ciblons le virus », a insisté M. Kluge.

copyright www.intelligences.info

A SUIVRE AUSSI

0 commentaires

    Nom :
     

    Commentaire :