bannière
bannière
ALERTE COVID-19 : L’Allemagne franchit la barre des 10 000 morts
Le coin santé
Focus sur le cancer colorectal : Le troisième cancer le plus létal au monde
23/09/2020
Focus sur le cancer colorectal : Le troisième cancer le plus létal au monde


Moins présente en Afrique, le cancer colorectal est la deuxième cause de décès chez l’homme au Canada. Autrefois détecté chez les sujets âgés de 50 ans et plus, il touche désormais de plus en plus les jeunes

Le cancer colorectal est une tumeur qui se développe à partir des cellules qui tapissent la paroi interne du colon et du  rectum. Le côlon et le rectum forment le gros intestin. En d’autres termes, c’est la dernière partie du tube digestif. Selon l’Organisation mondiale de la santé(Oms),  en 2008, 450 000 nouveaux cas de cancer colorectal ont été signalés dans la Région européenne de l’Oms, et 65% de tous les nouveaux cas ont été observés dans des pays à revenu élevé. ( 

Une étude commandée par le Centre international de recherches sur le cancer à Lyon, une agence rattachée à l’Oms,et menée dans 184 pays afin de comparer les taux de prévalence et de mortalité, suggère que les pays les plus touchés par ce cancer sont la Slovaquie, la Hongrie et la Corée, avec chaque année environ 60 nouveaux cas pour 100.000 habitants de sexe masculin. L’Afrique est relativement épargnée d’après l’étude, car environ 1,5 nouveau cas pour 100.000 habitants est relevé dans la partie sub-saharienne, en Gambie et en Mozambique. Au Canada, par exemple, c’est la deuxième principale cause de décès par cancer chez l’homme et la troisième chez la femme, selon la société canadienne du cancer.

Symptômes

Comme bon nombre de cancers, les symptômes du cancer du côlon et du rectum peuvent être sournois et n’apparaître qu’à un stade avancé. Cependant, certains signes peuvent déjà alerter. Il s’agit,entre autres, de la présence du sang dans les selles. « C’est un symptôme d’alerte et ildoit pousser à consulter », conseille le Dr Mathilde Soule, chirurgien digestif à l’Hôpital des Peupliers à Paris. Autre symptôme, des douleurs abdominales, caractérisées par des ballonnements et des crampes abdominales. Le docteur Mathilde Soule, cité par Journal des Femmes, explique que ces douleurs sont souvent liées à une inflammation locale d’une muqueuse digestive fragilisée et plus sensible. Parmi les autres symptômes figure la modification du transit, qui peut s’accompagner d’autres troubles intestinaux. La perte de poids, induite par la diarrhée, peut suggérer la présence du cancer du côlon. Enfin, le sujet atteint du cancer du côlon peut ressentir une fatigue permanente.

Une maladie qui touche aussi bien les plus âgés que les jeunes

Le cancer colorectal, habituellement détecté chez les sujets de 50 ans et plus,  peut aussi bien toucher les plus jeunes. Le cas de l’acteur de Black Panther, Chadwick Boseman, mort à seulement 43 ans de ce cancer, diagnostiqué  dans la trentaine,  en est l’exemple le plus illustratif. Aux États-Unis, les cancers colorectaux chez les jeunes de moins de 50 ans ont augmenté de 50% depuis 1994, rapporte le Huffington post. Les jeunes atteints par ces cancers au pays de l’Oncle Sam représentent 11% du cancer du côlon et 18% de celui du rectum. « Nous perdons encore bien trop de jeunes à cause de cette maladie, sans qu’on en connaisse vraiment les causes », a déclaré à l’AFP Kimmie Ng, directeur d’un centre Dana-Farber sur le cancer colorectal chez les jeunes à Boston.

Pour que les chances de survie du patient soient optimales, les médecins conseillent un dépistage prématuré. Ainsi, selon l’Institut national du cancer (l’INCA), lorsque le cancer est détecté à la surface interne du côlon et du rectum, les chances de survie sont de 90%. Mais au fur et à mesure que la tumeur se développe, les chances s’amenuisent. Elles tombent à 70% lorsqu’elletouche les ganglions environnants et à 13% quand elle atteint d’autres organes.

copyright www.intelligences.info

A SUIVRE AUSSI

0 commentaires

    Nom :
     

    Commentaire :