bannière
bannière
ALERTE COVID-19 : 12 nouveaux cas positifs, 72 guéris, aucun décès enregistré ce vendredi
international
France : Vague de fronde après les nouvelles mesures de restrictions
25/09/2020
France : Vague de fronde après les nouvelles mesures de restrictions


Les nouvelles restrictions locales mises en place par les autorités sanitaires françaises pour tenter de stopper la propagation du coronavirus ne sont pas pour plaire à tout le monde. En France, l’épidémie repart à la hausse avec hier, plus de 16000 nouvelles contaminations en 24 heures, un record.

 Le slogan « Non au confinement économique » a même été lancé à Marseille autour d’un appel à manifester ce vendredi 25 septembre. En première ligne, il y a les restaurateurs et plus globalement les acteurs économiques. Il s’agit pour eux de dénoncer ce qu’ils considèrent comme « la mort annoncée » de l’économie avec ces nouvelles mesures annoncée par le ministre de la Santé, Olivier Veran.

 « Septembre représentait déjà un espoir, ça a été la douche froide. Là, c’est la mort annoncée », a déclaré Cédric Angelone, président du syndicat des activités événementielles rapporte l’Afp

« Je ne veux pas de fermeture de nos établissements, je veux que l’État exerce les contrôles qu’il est censé faire et ferme uniquement ceux qui ne respectent pas les mesures sanitaires », a indiqué pour sa parrt, Bernard Marty, président de l’Umih.

« La violence des annonces d’Olivier Véran envers Marseille n’est pas acceptable. Il n’y a eu aucune concertation » a également fustigé le premier-adjoint de la maire de Marseille, Benoît Payan.

Les nouvelles décisions des autorités françaises ont tellement cristallisés les tensions que le dramaturge Nicolas Bedos a appelé à la désobéissance en exhortant la population à arrêter de porter le masque.  « Bon, allez, soyons francs : Arrêtez tout. TOUT. Les masques. Les confinements. Excepté face à vos parents très fragiles (quand ils le souhaitent, ce qui n’était pas le cas de mon père, meurtri à mort d’être privé de notre amour).  Vivez à fond, tombez malades, allez aux restaurants, engueulez les flicaillons, contredisez vos patrons et les lâches directives gouvernementales. Nous devons désormais vivre, quitte à mourir (nos aînés ont besoin de notre tendresse davantage que de nos précautions). On arrête d’arrêter. On vit. On aime. On a de la fièvre. On avance. On se retire de la zone grise. Ce n’est pas la couleur de nos cœurs. », a-t-il écrit sur Twitter. Une déclaration qui a évidemment fait polémique.

 

 

copyright www.intelligences.info

A SUIVRE AUSSI

0 commentaires

    Nom :
     

    Commentaire :