bannière
bannière
ALERTE COVID-19 : 80 nouveaux cas positifs, 10 guéris, 1 décès enregistrés
international

L’ombre de Blaise Compaoré plane sur la présidentielle

20/11/2020
L’ombre de Blaise Compaoré plane sur la présidentielle


« Nous avons perdu le pouvoir par la rue, nous sommes revenus pour reconquérir le pouvoir par les urnes », ce sont là les mots d’Eddie Komboïgo, candidat du CDP, parti de l’ancien président Blaise Compaoré à la présidentielle du dimanche au Burkina Faso. Au pouvoir pendant 27 ans, Blaise Compaoré avait été chassé par la rue en 2014, suite à une insurrection populaire. Son parti, le Congrès pour la démocratie et le progrès (CDP) avait été interdit de scrutin présidentiel en 2015. Même en exil en Côte d’Ivoire, Blaise Compaoré bénéficie six ans après sa chute d’une certaine aura au Burkina. « A chaque discours, à chaque sortie des candidats, il y’a le nom de Blaise Compaoré qui revient », à cause de la « nostalgie » d’un temps où il y’avait une « certaine tranquillité et paix », fait remarquer Mahamoudou Savadogo, spécialiste des questions de sécurité au Sahel.

Les différents candidats engagés dans cette présidentielle du 22 novembre ont fait du sort de l’ancien président un argument, plaidant tour à tour pour son retour, sous le saut de la réconciliation nationale. Une grande majorité d’entre eux a fait ses armes sous son régime, y compris le président sortant, Marc Christian Kaboré, qui n’a pas manqué de l’évoquer avec beaucoup de réserve, lors d’un meeting dans son fief de Ziniaré, à 35 kilomètres de la capitale. «Tous ce qui sont à l’extérieur peuvent revenir au pays, ceux qui n’ont pas de problème en justice n’ont rien à craindre », a-t-il martelé.


Au pouvoir de 1987 à 2014, Blaise Compaoré est poursuivi par la justice burkinabé pour « attentat à la sûreté de l’Etat », et « assassinat » dans le cadre de mort de l’ancien président Thomas Sankara, tué lors d’un coup d’état en 1987. Il est aussi poursuivi pour « homicide » suite à la répression de manifestations qui a conduit à sa chute en 2014.
Exilé depuis lors en Côte d’Ivoire, il a obtenu la nationalité de ce pays et ne peut pas être extradé vers le Burkina.
Eddie Komboïgo qui incarne aujourd’hui son image à la tête du CDP est un expert comptable réputé à la fortune colossale. Avec le président sortant Roch Marc Christian Kaboré et le chef de file de l’opposition, Zéphirin Diabré, ils sont les trois favoris pour le scrutin du 22 novembre.

copyright www.intelligences.info

A SUIVRE AUSSI

0 commentaires

    Nom :
     

    Commentaire :