ALERTE COVID-19 : La dette publique mondiale a augmenté d'un sixième en 2020
politique

MackySall-Aminata Touré : une rupture irrévocable ?

17/12/2020
MackySall-Aminata Touré : une rupture irrévocable ?


Dans la relation Président de la République, Macky Sall, et l'ancienne Présidente du Conseil Economique, Social et Environnemental (CESE), vient-on d'atteindre un point de non retour ? Il faut dire qu'Aminata Touré, qui fut également Directrice de campagne de Macky Sall en 2012, puis Garde des Sceaux et ensuite Première ministre, a livré un verdict définitif sur le sujet tabou du régime : l'hypthèse du troisième mandat. 

Lors du sommet virtuel sur les limites de mandat constitutionnel en Afrique, elle a jeté un pavé dans la mare : "J'axerais ma réflexion sur le cas du Sénégal, mon pays, suite aux choix constitutionnels effectués lors du référendum du 20 mars 2016. A cette occasion, le Sénégal a modifié sa constitution limitant les mandats présidentiels à 2 consécutifs, et précisant en son article premier que : «la durée du mandat du président de la république est de cinq ans. Nul ne peut exercer plus de deux mandats consécutifs ».Le Président Macky Sall réélu le 24 février 2019 a affirmé à de nombreuses reprises qu’il effectuerait son second et dernier mandat notamment le 31 décembre 2018. Donc, au Sénégal, la question est derrière nous comme je l’ai déjà dit à diverses occasions". 

Une sortie qui sonne comme un défi dans la mesure où le Président de la République a déjà eu à sévir contre d'anciens collaborateurs ayant évoqué ou émis un avis négatif sur la légalité d'un éventuel troisième mandat. Ce fut le cas de Sory Kaba, ex Directeur des Sénégalais de l'extérieur, qui dans l’émission « Grand Jury » diffusée sur la RFM (Radio Futur Médias) le dimanche 20 octobre 2019, déclarait  catégorique : "Macky Sall entame son dernier mandat à la tête du Sénégal. La Constitution lui interdit de faire un troisième mandat. Notre constitution a été verrouillée. Deux mandats pas plus. Il n’y a aucune possibilité de rétroactivité" . Vingt-quatre heures après cette sortie, il avait été démis de ses fonctions par le chef de l’État, Macky Sall. Rapport de cause à effet ou simple coïncidence ? Réagissant à cette afffaire,Abdoul Mbaye, Président de l’Alliance pour la Citoyenneté et le Travail (ACT), répondait par l'affirmative : "Dire ou écrire que Macky Sall n'a pas droit à un troisième mandat relève, désormais, du délit. Un haut fonctionnaire du ministère des Affaires étrangères, pourtant Apr convaincu, vient de l'apprendre à ses dépens". 

Ministre-conseiller de Macky Sall, à l'époque, Moustapha Diakhaté avait également fait les frais de sa solidarité avec Sory Kaba en observant :  « S’il (Macky Sall) veut limoger toute personne qui en parle ou si des gens de l’Apr insultent ceux qui expriment leur point de vue, cela pose un problème".

Désormais sans poste dans l'architecture institutionnelle, la principale sanction que pourrait risquer Aminata Touré serait éventuellement une exclusion de l'Alliance Pour la République (APR). Le Chef de l'Etat va-t-il consentir à ce choix risqué de jeter dans les bras de l'opposition un des poids lourds de son parti ?

Une chose est certaine, ce feuilleton va animer la fin d'année et probablement l'année 2021. 

copyright www.intelligences.info

A SUIVRE AUSSI

0 commentaires

    Nom :
     

    Commentaire :