bannière
bannière
ALERTE COVID-19 : Pandémie : la Chine et l'OMS auraient pu agir plus vite, selon des experts
A lire dans le magazine

Covid-19 : Spectre d’une seconde vague au Sénégal : quelles conséquences ?

21/12/2020
Covid-19 : Spectre d’une seconde vague au Sénégal : quelles conséquences ?


Alors que les plans de relance économique s’amorçaient un peu partout dans le monde, la deuxième vague de l’épidémie vient compromettre la reprise des activités. Avec le retour des mesures de restriction pour l’endiguer, on peut  craindre le pire.

En Europe, beaucoup de pays ont connu un regain des cas de contamination au coronavirus. « La crise sanitaire aura des répercussions sur l’économie et l’emploi. Ses effets se font déjà sentir et s’amplifieront », a reconnu le premier ministre français, Jean Castex, le 19 octobre, au congrès de Régions de France. En décembre, l'activité économique devrait accuser un repli de 8% par rapport à son niveau d'avant la crise sanitaire, a estimé l'Institut national de la statistique et des études économiques (Insee), dans sa note de conjoncture du mercredi 2 décembre 2020.

La résurgence de l'épidémie, le renforcement progressif des mesures de protections sanitaires a affecté l'activité en octobre et plus encore en novembre, avec l'entrée en vigueur d'un nouveau confinement, a expliqué l'Insee. Cette situation est quasiment la même au Royaume-Uni, comme dans la majeure partie des pays européens, où l’on note beaucoup de pertes d’emploi.

Au Sénégal, malgré une relative stabilité de la situation depuis septembre, une seconde vague semble se dessiner et fait craindre le pire. En effet, depuis la fin novembre début décembre, on note une hausse des cas de contaminations : 48 cas le 28 novembre ou encore 66 cas le 2 décembre, alors que leur nombre depuis septembre était bien en deçà de ces chiffres.

« Une seconde vague sera insupportable pour notre économie »

La crise sanitaire liée à la Covid-19 a eu des impacts négatifs sur l’activité économique sénégalaise  par les mesures de restriction : couvre-feu, fermeture des frontières, d’emplois, respect des gestes barrières entre autres. Le taux de croissance du PIB du Sénégal, initialement projeté à 6,8% pour 2020, pourrait chuter en dessous de 1%. Plusieurs secteurs ont subi les conséquences de la crise et les plus affectés sont ceux de l’hébergement et de la restauration avec 56 milliards de FCFA de perte de recettes pour la restauration et 40 milliards pour les hôtels, selon les services du ministère de l’Économie, du Plan et de la Coopération.

50 milliards de CFA de perte ont aussi été notés dans le secteur du commerce, 34,3 milliards dans le transport aérien, 24,3 dans le transport terrestre, et 1,3 milliard dans le secteur de l’enseignement. Parallèlement, une baisse des exportations de l’ordre de 16% a été enregistrée, ainsi qu’une baisse des importations de 18%. Les envois de fonds de la diaspora, qui représentaient 10% du PIB du Sénégal, ont chuté de près de 30%.

Ces conséquences négative de l’épidémie et les moyens mis en place par l’État dans le cadre de la relance de l’économie avec le Programme de résilience économique et sociale (Pres) doté de 1000 milliards Fcfa, ont fait déclarer au Président Macky Sall qu’une « seconde vague sera insupportable pour notre économie ». Constatant un rebond des cas, le chef de l’État a mis en garde contre une résurgence du virus. « La bataille n’est pas tout à fait gagnée. Il est vrai que nous avons des résultats appréciables, mais si vous voyez la courbe de l’évolution de l’épidémie, on se rend compte qu’il y a aussi des hauts et des bas. Donc il y a une variation, une oscillation permanente, alors qu’on devrait voir une courbe qui s’aplatit », a-t-il affirmé jeudi 26 novembre à Diamniadio, lors de la cérémonie d’ouverture de la 2e édition du forum du numérique.

90% des PME sénégalaises affectées par la Covid-19

Une réelle menace pèserait sur les petites et moyennes entreprises et les emplois en cas de seconde vague. L’Agence sénégalaise de développement et d’encadrement des petites et moyennes entreprises (ADPME), a mené une enquête intitulée « sauvons nos PME ». Elle révèle que 90% des PME du pays sont « négativement » affectées par la Covid-19. Réalisée entre le 5 et le 29 mai 2020, l’enquête a concerné 830 entreprises dont 50,3% à Dakar et 49,7% dans les autres régions du Sénégal. Quarante-quatre pour cent (44%) des entreprises ont décidé de « l’arrêt ou de la suspension de ses activités ». 35% ont dû réduire leurs effectifs par chômage partiel ou licenciement. Une autre étude, sur l’impact de la crise sanitaire sur les ménages sénégalais, a été réalisée par l’Agence nationale de la statistique et de la démographie (ANSD). Elle montre que, parmi les chefs de ménage qui avaient un emploi avant la crise, « 60 % ont conservé le même emploi, 4 % ont changé et 36 % ont arrêté de travailler, dont 30% pour des motifs liés à la Covid-19 ».

copyright www.intelligences.info

A SUIVRE AUSSI

0 commentaires

    Nom :
     

    Commentaire :