bannière
bannière
ALERTE COVID-19 : Pandémie : la Chine et l'OMS auraient pu agir plus vite, selon des experts
Le coin santé

Nouveau variant britannique : les enfants plus vulnérables ?

04/01/2021
Nouveau variant britannique : les enfants plus vulnérables ?


Alors que le Royaume-Uni est confronté à un rebond épidémique important ces derniers jours, la chef des infirmières du King's College Hospital de Londres, Laura Duffell, a affirmé vendredi dans une interview à BBC Radio 5 Live et au Telegraph que les enfants étaient davantage touchés depuis quelques semaines. "Nous avons des enfants qui arrivent. Ils n'étaient que très peu affectés lors de la première vague", a-t-elle affirmé, décrivant des "salles entières" destinées à les accueillir.

Selon le JDD,  une analyse du MRC Centre for Global Infectious Disease Analysis publiée jeudi tendait, elle, à montrer un "changement dans la composition par âge des cas signalés, avec une plus grande proportion de jeunes de moins de 20 ans" parmi les cas positifs à la nouvelle variante. Mais on ne peut pas encore en expliquer les raisons exactes. Si pour certains experts, cette étude est la preuve que le virus touche davantage les enfants, d'autres estime qu'il s'agit d'un "effet transitoire".

Puisque le confinement était en vigueur au Royaume-Uni en novembre, mais les écoles encore ouvertes, la variante pourrait avoir touché davantage les enfants. Et il faudra plus de temps pour savoir si elle touche de la même façon les personnes plus âgées dans les semaines qui viennent. "Il n'y a pas de preuves jusqu'à présent qui suggèrent que [la nouvelle variante] favorise certains groupes d'âge plus que d'autres", écrit Müge Çevik, chercheuse en maladies infectieuses à l'Université de St Andrews. Ni qu'elle est plus dangereuse.

Le président du Collège royal de la pédiatrie et de la santé infantile (RCPCH) et quatre autres experts ont donc réagi samedi dans un communiqué commun pour démentir les propos de Laura Duffell et rassurer les Britanniques. "Les services pour enfants sont généralement très occupés en hiver. Pour l'instant, nous ne constatons pas de pression significative du Covid-19 dans les services pédiatriques du Royaume-Uni, a expliqué le président du RCPCH. Avec l'augmentation des cas dans la communauté, il y aura une légère augmentation du nombre d'enfants atteints du Covid-19, mais l'écrasante majorité des enfants et des jeunes n'ont aucun symptôme ou seulement une maladie très légère." "Mes collègues pédiatres de Londres me disent qu'ils ne voient pas de taux plus élevé d'enfants malades", abonde un autre expert. Ce que les chiffres des hospitalisation semblent confirmer : les enfants hospitalisés représentent toujours une partie infirme du nombre total.

Le Premier ministre britannique a néanmoins averti dimanche que des restrictions plus sévères pourraient être décidées en Angleterre. "Il se peut que nous devions faire des choses dans les prochaines semaines qui seront plus difficiles dans plusieurs parties du pays", a-t-il déclaré à la BBC. Il a ajouté que la fermeture des écoles, une mesure prise fin mars lors de la première vague de la pandémie, "est l'une de ces choses". Mais pour l'heure, il a encouragé les parents à y envoyer leurs enfants, soulignant qu'ils y étaient en "sécurité". "Le risque pour les enfants et les jeunes est très très faible", a-t-il assuré.

copyright www.intelligences.info

A SUIVRE AUSSI

0 commentaires

    Nom :
     

    Commentaire :