ALERTE COVID-19 : La dette publique mondiale a augmenté d'un sixième en 2020
international

Nouvelle politique de confidentialité : WhatsApp dans la tourmente

15/01/2021
 Nouvelle politique de confidentialité : WhatsApp dans la tourmente


Racheté en février 2014 par Facebook, le service de messagerie WhatsApp est utilisé par quelque 2 milliards d’individus dans le monde en 2020.

Le 6 janvier dernier, l’entreprise a envoyé un message à ses utilisateurs, informant d’un changement qui sera opéré, dès le 8 février sur sa politique de confidentialité. Et cette politique de confidentialité mise à jour exige que les utilisateurs « acceptent » de partager les données qu’ils recueillent (numéro de téléphone et emplacement) avec Facebook au risque de voir leur compte supprimé.  Alors que cette politique, qui existe depuis plusieurs années sur l’application n’était jusque-là qu’une option, le fait que WhatsApp en fait désormais une obligation a soulevé de vives polémiques dans le monde.  «Chaque fois qu’une entreprise combine des données provenant de multiples sources, de multiples plateformes, cela soulève des préoccupations en matière de protection de la vie privée, car cela augmente la possibilité que des personnes puissent être identifiées, qu’une entreprise en sait plus sur vous. » a déclaré Anatoliy Gruzd, professeur agrégé et titulaire de la Chaire de recherche du Canada sur la protection de la vie privée et les technologies numériques à l’Université Ryerson.

Selon les nouveaux termes  « WhatsApp reçoit de l’information des autres entreprises Facebook et partage de l’information avec elles. Nous pouvons utiliser l’information que nous recevons d’eux, et ils peuvent utiliser l’information que nous partageons avec eux, pour les aider à fonctionner»

Les conséquences de cette décision ont profité à ses concurrents en l’occurrence Signal et Telegraph qui ont enregistré, dès l’annonce, respectivement 1.2 million et  1.7million de téléchargements. Même Elon Musk, l'homme le plus riche du monde a invité ses « followers » sur Twitter à utiliser le service de messagerie Signal.

Face à ce tsunami,  l’appli de messagerie de Mark Zuckerberg a tenté d’apaiser ses utilisateurs avec des messages rassurants et des démentis. « Peu importe ce que vous partagez, cela reste entre vous et les personnes avec qui vous souhaitez le partager. Ceci parce que vos messages personnels sont protégés par le chiffrement de bout en bout.,» a indiqué Facebook dans un message publié le 11 janvier.

 « Il a été rapporté incorrectement que les dernières Conditions d’utilisation et politique en matière de vie privée obligent les utilisateurs de la région Europe à accepter le partage de données avec Facebook à des fins publicitaires si ces derniers veulent continuer à utiliser le service. C’est faux », a indiqué quant à elle, Niamh Sweeney, « Director of Policy » de WhatsApp pour l’Europe, le Moyen-Orient et l’Afrique,

copyright www.intelligences.info

A SUIVRE AUSSI

0 commentaires

    Nom :
     

    Commentaire :