bannière
bannière
ALERTE COVID-19 : 8 nouveaux décès, 205 cas positifs ce mercredi
international

Covid-19 : plus de deux millions de morts dans le monde, «un cap douloureux» pour le secrétaire général de l'ONU

16/01/2021
Covid-19 : plus de deux millions de morts dans le monde, «un cap douloureux» pour le secrétaire général de l


La pandémie causée par le nouveau coronavirus a fait plus de deux millions de morts dans le monde depuis sa découverte en Chine en décembre 2019, selon un comptage réalisé par l'AFP à partir de bilans officiels fournis par les autorités vendredi 15 janvier à 18h25 GMT. Au total, 2.000.066 décès ont été recensés, pour 93.321.070 cas déclarés. L'Europe, avec 650.560 morts, est la région la plus touchée, devant l'Amérique latine/Caraïbes - avec 542.410 - et les États-Unis/Canada qui en comptabilisent 407.090. Les pays ayant enregistré le plus grand nombre de morts dues au Covid-19 sont les États-Unis (389.581), le Brésil (207.095), l'Inde (151.918), le Mexique (137.916), le Royaume-Uni (87.295) et l'Italie (81.325). Ces six pays recensent à eux seuls plus de la moitié des décès dans le monde.

Le secrétaire général de l'ONU, Antonio Guterres, a déploré vendredi «un cap douloureux» après l'annonce que la pandémie de Covid-19 a fait plus de deux millions de morts, regrettant l'«échec de la solidarité» dans la vaccination en cours dans le monde. «Nous observons aujourd'hui un vide vaccinal», observe-t-il dans un communiqué. «Si les pays à revenu élevé ont accès aux vaccins, ce n'est pas le cas des pays les plus pauvres. C'est un succès pour la science mais un échec pour la solidarité», insiste-t-il.

Sans les identifier, le chef de l'ONU critique notamment le fait que «certains pays concluent des accords parallèles et se procurent même des vaccins au-delà de leurs besoins». «Les gouvernements ont la responsabilité de protéger leur population, mais le ''vaccinationalisme'' est voué à l'échec et ne fera que retarder un relèvement à l'échelle mondiale», prévient-il en affirmant: «On ne viendra pas à bout du Covid-19 si chaque pays agit de son côté». Selon lui, la priorité doit être donnée à ceux qui sont «en première ligne : le personnel humanitaire et les populations à haut risque».

copyright www.intelligences.info

A SUIVRE AUSSI

0 commentaires

    Nom :
     

    Commentaire :