bannière
bannière
ALERTE COVID-19 : 8 nouveaux décès, 205 cas positifs ce mercredi

ARTICLE SUIVANT

Santé

Covid-19 : une seconde vague qui inquiète le monde scientifique

18/01/2021
Covid-19 : une seconde vague qui inquiète le monde scientifique


Alors que les cas cumulés de COVID-19 en Afrique dépassent les 3 millions et que le nombre de cas quotidiens surpasse le pic de la première vague, le continent est maintenant confronté à de nouveaux variants du virus. Des mesures de santé publique renforcées sont plus que jamais nécessaires pour éviter une flambée d'infections qui pourrait conduire les structures de santé jusqu'au point de rupture.

En moyenne, 25 223 cas ont été signalés chaque jour entre le 28 décembre 2020 et le 10 janvier 2021 en Afrique, soit près de 39 % de plus que le pic de 18 104 cas quotidiens en moyenne sur deux semaines de juillet 2020. Cependant, les chiffres pourraient encore augmenter dans les jours à venir en raison des voyages, des rassemblements et des festivités qui ont eu lieu pendant les vacances de Noël et du Nouvel An.

Dans l'ensemble, le nombre de cas dans la Région n'a cessé d'augmenter depuis la mi-septembre 2020, avec une hausse plus marquée à partir de la fin novembre. De plus, un nouveau variant du virus appelé 501Y.V2 circule largement en Afrique du Sud, expliquant la majorité des nouvelles infections au cours de la deuxième vague.

Les mutations du virus ne sont pas surprenantes car plus la pandémie se propage, plus la probabilité de changements est élevée. Toutefois, une analyse préliminaire montre que le variant 501Y.V2 est plus transmissible. Le séquençage génomique a révélé que le variant était présent au Botswana, en Gambie et en Zambie.

Des recherches plus approfondies sont en cours pour comprendre pleinement les implications épidémiologiques, mais à l'heure actuelle, rien n'indique que le nouveau variant augmente la gravité de la maladie.

« Même si le nouveau variant n'est pas plus virulent, un virus qui peut se propager plus facilement mettra davantage de pression sur les hôpitaux et les travailleurs de la santé qui sont dans de nombreux cas déjà débordés », a déclaré Dr Matshidiso Moeti, la directrice régionale de l'Organisation mondiale de la Santé (OMS) pour l'Afrique. « Ceci est un rappel brutal que le virus est implacable, qu'il représente toujours une menace manifeste et que notre combat est loin d'être gagné ».

Le Nigeria mène également d'autres enquêtes sur un variant identifié dans des échantillons collectés en août et en octobre. Bien qu'il n'y ait pour l'instant aucun rapport faisant état de la présence dans la Région africaine du variant de COVID-19 qui circule au Royaume-Uni, des recherches plus approfondies sont nécessaires.

 

Avec le soutien de l'OMS, les pays africains renforcent les efforts de séquençage du génome, qui sont essentiels pour trouver et comprendre les nouveaux variants à mesure qu'ils apparaissent et pour aider à en atténuer l'impact.

L'OMS et le réseau de laboratoires de séquençage du génome des Centres africains de contrôle et de prévention des maladies en Afrique soutiennent les gouvernements par des formations et des analyses de données sur le séquençage du génome, la bioinformatique et l'expertise technique. L'OMS a également élaboré des lignes directrices sur la manière de contenir les nouveaux variants et soutient les pays dans la gestion et le transport en toute sécurité des échantillons pour le séquençage et l'analyse.

Bien que des progrès considérables soient réalisés dans le renforcement des capacités de séquençage du génome, les plus de 5000 séquences qui ont été réalisées jusqu'à présent dans la Région ne représentent que 2 % des données mondiales de séquençage.

« Nous appelons tous les pays à intensifier les tests et le séquençage du virus afin de repérer, de suivre et de s'attaquer rapidement aux nouveaux variants de COVID-19 dès leur apparition. Pour vaincre un ennemi agile, adaptable et implacable, nous devons connaître et comprendre chacun de ses mouvements, et redoubler d'efforts sur ce que nous savons être la meilleure arme contre tous les variants du virus », a déclaré Dr Moeti. « Nous ne devons pas relâcher notre vigilance. Il nous faut continuer à appliquer les mesures de santé publique qui ont fait leurs preuves et qui ont permis d'arrêter la propagation du virus lors de la première vague, à savoir la distanciation physique, le lavage fréquent des mains et le port de masques dans les lieux publics ».

Dr Moeti s'est exprimée aujourd'hui lors d'une conférence de presse virtuelle animée par APO Group. Elle a été rejointe par Francisca Mutapi, professeure en santé mondiale, infection et immunité à l'Université d'Édimbourg au Royaume-Uni, et par le Dr Chikwe Ihekweazu, directeur général du Centre de contrôle des maladies du Nigeria.

 

copyright www.intelligences.info

A SUIVRE AUSSI

0 commentaires

    Nom :
     

    Commentaire :