bannière
bannière
ALERTE COVID-19 : 11 décès et 236 patients guéris ce dimanche
A lire dans le magazine

Balkissa Ide Siddo Responsable Affaires Publiques de Facebook pour l'Afrique Francophone

11/02/2021
Balkissa Ide Siddo Responsable Affaires Publiques de Facebook pour l


« Nos investissements dans la région apporteront plus de 57 milliards de dollars en avantages économiques d’ici 2024 »

Face à la pandémie de covid-19, le réseau social joue également sa contribution notamment en Afrique pour soutenir la résilience des entrepreneurs. Pour Intelligences Magazine, Balkissa Ide Siddo, Responsable des Affaires publiques en Afrique francophone détaille ces différents programmes et évoque les ambitions de Facebook dans la région.

Dans ce contexte de crise liée à la Covid-19, Facebook a mis en place des programmes de soutien aux entrepreneurs africains. Quel bilan tirez-vous de ces initiatives ?

La crise sanitaire liée à la Covid-19, en plus de coûter des vies, a également eu un impact négatif sur l’économie africaine qui a subi d’importants ralentissements. Or nous savons que sur notre continent ce sont les petites et moyennes entreprises qui sont le moteur de la vie économique.  Nous avons également observé que par la force des choses, et pour préserver la santé des uns et des autres, une grande partie de nos relations sociales se sont déplacées sur le terrain digital. Il en est de même pour les activités commerciales. Dans ce contexte de crise, nous avons voulu adapter et renforcer nos programmes de soutien aux entrepreneurs afin de leur faire bénéficier des conseils indispensables pour effectuer leur transition vers l’économie numérique et permettre à leurs entreprises de se développer davantage. Le bilan que nous avons obtenu conforte notre démarche. En termes de chiffres, 55 210 entrepreneurs ont été formés dans 14 pays à travers nos programmes d'impact économique, notamment Boost avec Facebook et She Means Business. Facebook a aussi assuré des formations aux compétences numériques, axées sur la sécurité en ligne, la confidentialité, les nouvelles technologies, l'éducation aux médias et la citoyenneté numérique. Nous sommes résolus et engagés à faire davantage en 2021.


Facebook a lancé plusieurs formations gratuites de ce genre pour former des milliers de personnes au Sénégal. Comment accéder à ces formations ?  

Notre engagement en faveur des entrepreneurs Sénégalais n’est pas nouveau. Nous y avons déjà lancé le programme Boost Avec Facebook qui s’adressait à toutes les petites entreprises. Pour approfondir nos efforts, nous avons voulu nous pencher sur l'entrepreneuriat féminin plus précisément, à travers #SheMeansBusiness, qui propose aux femmes chefs d’entreprise une formation en ligne gratuite, axée sur l’acquisition de compétences numériques et commerciales utiles pour la gestion de leur activité. La formation s’est achevée à la fin de l’année dernière. Nos programmes sont tous gratuits et ouverts à tous car ils se destinent à toucher le plus grand nombre. Les informations pour y participer sont accessibles sur le site Facebook for Business.  Nous travaillons également avec des partenaires locaux tels que Smart Ecosystem for Women et les autorités locales qui sont aussi des relais d’information.

Quels avantages pour les entrepreneurs, et comment utiliser ces astuces et conseils pour véritablement booster son business et monter en échelle, malgré le contexte difficile ?

Le contexte lié au COVID-19 a rendu nécessaire l’acquisition rapide de compétences numériques. En effet, les mesures sanitaires pour lutter contre la pandémie ont introduit la nécessité de travailler, collaborer et entreprendre différemment. Le numérique s’est, plus encore qu’auparavant, imposé comme un espace d’opportunités. Concrètement, grâce à une page Facebook ou un compte Instagram, on peut attirer et fidéliser une clientèle dans le monde entier, promouvoir ses produits et gérer ses relations clients avec des outils et des techniques simples.


D’autre part, nos formations couvrent également des domaines tels que la gestion des opérations, la gestion financière et le leadership. Elles s’appuient sur des partenaires spécialisés grâce auxquels les contenus prennent en compte le contexte local.


Au-delà de ces activités pour faciliter la relance économique quels autres projets développe Facebook en Afrique ?  

Nous sommes très investis sur la question de la connectivité en Afrique. Pour bénéficier des opportunités du numérique, le préalable est que le continent ait un accès fiable et diversifié à internet. Selon le rapport Inclusive Internet Index en 2020 du magazine The Economist Intelligence Unit – plus de 800 millions de personnes en Afrique subsaharienne ne sont pas connectées à Internet. A ce jour, l’Afrique reste le continent le moins bien connecté au monde ce qui présente un frein à son développement et à l’expression de son plein potentiel. Nous multiplions nos investissements en faveur d’une meilleure connectivité en Afrique, parmi lesquels le projet 2Africa, un câble sous-marin long de 37 000 km, traversant plus d’une quinzaine de pays et qui vise à répondre à la demande croissante de capacité.


Facebook a initié beaucoup d’investissements dans les infrastructures et la connectivité en Afrique. Jugez-vous les progrès réalisés satisfaisants ?  

2Africa se donne les moyens de tripler la capacité actuellement fournie par tous les câbles sous-marins desservant l'Afrique aujourd'hui, favorisant ainsi la croissance de la 4G, de la 5G et de l'accès à large bande pour des centaines de millions de personnes. Ces succès technologiques et économiques sont la manifestation de notre engagement chez Facebook, pour l'Afrique et pour l'amélioration de sa compétitivité dans le monde.


Au fil des ans, Facebook a investi dans des infrastructures et des partenariats afin d'éliminer les obstacles à la connectivité. Les investissements en infrastructure et les initiatives de connectivité de Facebook visent également à fournir des apports financiers et techniques qui peuvent rendre l'infrastructure plus facile et moins coûteuse à déployer sur le continent. Le déploiement de réseaux de pointe, de réseaux de transport ouvert permet de connecter plus rapidement des millions de personnes en Ouganda, au Nigéria ou en RDC. Aujourd’hui des facilités comme Express Wi-Fi ou Free Basics augmentent le nombre de personnes pouvant se connecter car elles agissent sur le coût de l'internet. Les résultats de l'étude portant sur l’impact des initiatives de connectivité de Facebook en Afrique sub-saharienne menée par Analysys Mason, souligne comment les investissements de Facebook dans les infrastructures et la connectivité dans la région apporteront plus de 57 milliards de dollars en avantages économiques d’ici 2024.


Aujourd’hui, où en êtes-vous avec le déploiement en Afrique francophone du programme « Boost Avec Facebook » ?  

Le programme Boost with Facebook a débuté au Sénégal en Octobre 2018 et s'est étalé sur 20 sessions à Dakar, Thiès, Mbour, Saint Louis et Ziguinchor. Il s'agit d'un atelier d'une journée qui offre aux entrepreneurs (PMEs) la possibilité d'en apprendre davantage sur la façon dont les outils numériques peuvent être utilisés comme outil de croissance des entreprises tout en établissant des liens significatifs avec les consommateurs potentiels. Qu'il s'agisse de créer une page Facebook, de trouver leur public en ligne ou de créer un contenu attrayant, nos ateliers gratuits ont aidé des milliers d'entrepreneurs à développer leurs compétences en matière de médias sociaux et à débloquer de nouveaux publics. Au niveau du continent, le programme a été lancé en 2017 et, depuis lors, plus de 100,000  petites entreprises ont été formées sur le continent. Le programme a été mis en œuvre dans une  dizaine de pays, dont le Nigéria, le Sénégal, l’Afrique du Sud, le Kenya, le Bénin, la Côte d’Ivoire, le Cameroun, la République Démocratique du Congo avec des roadshows en Guinée, au Niger, au Gabon, au Mali, au Burkina-Faso et au Congo Brazzaville.


Pouvez-vous revenir sur la pertinence d’un tel programme ?  

Un tel programme est toujours pertinent parce qu'il aide les PME du Sénégal (et du monde entier) à apprendre à utiliser les outils numériques pour développer leur activité. En fin de compte, ces outils contribuent à la croissance de l'économie locale et à la création d'emplois.

copyright www.intelligences.info

A SUIVRE AUSSI

0 commentaires

    Nom :
     

    Commentaire :