bannière
bannière
ALERTE COVID-19 : 11 décès et 236 patients guéris ce dimanche
Zoom sur

Le pari de la transition pacifique

22/02/2021
Le pari de la transition pacifique


Réélu en 2016 pour un second mandat, le Président du Niger, Mouhamadou Issoufou, avait fait de la sécurité l’un de ses thèmes de campagne. Mais cinq ans après, il n’a pas réussi à éviter les attentats terroristes du groupe Boko Haram dans le pays. 
 
Mouhamadou Issoufou doit avoir un pincement au coeur en apprenant l’attaque qui a coûté la vie à quatre soldats nigériens, le lundi 18 janvier, suite à l’explosion d’une mine artisanale dans le sud du pays, frontalier du Nigéria. En effet, le président nigérien élu en 2011, puis réélu en 2016, avait fait de la sécurité l’un de ses thèmes de campagne, dans un pays qui fait face aux affres de Boko Haram. Mais 10 ans après, le mal persiste toujours. « Il n’y a pas d’émergence sans sécurité des personnes et des biens. Cette priorité du programme de la renaissance a été bien prise en charge par le gouvernement tout au long de la décennie écoulée, les menaces sont bien identifiées, les objectifs politiques et stratégiques de lutte contre ces menaces ont été bien définis entre 2010 et 2020 », a déclaré Mouhamadou Issoufou, à l’heure de terminer ces deux mandats à la tête de l’Etat nigérien. Des dizaines de soldats nigériens ont péri dans des attaques du groupe terroriste. Un conflit où les civils paient aussi un lourd tribut. Le 12 décembre 2020, une attaque dans le village de Toumour, frontalier avec le Nigéria, avait fait 34 morts à la veille des élections municipales. Un deuil national de trois jours avait alors été décrété. 
 
Progrès économiques 
 
Le bilan de Mouhamadou Issoufou à la tête du Niger est aussi économique. Bien qu’étant classé parmi les 25 pays les plus pauvres de la planète, le Niger a connu des progrès économiques ces dernières années. Ainsi, la forte croissance enregistrée sur la période 2011-2019 qui se situe à une moyenne annuelle de 6,3%, a permis aux 24 millions d’habitants du Niger de voir leur niveau de vie s’améliorer. Mieux encore, bon dernier dans le classement des pays les plus pauvres d’Afrique de l’Ouest durant de nombreuses années, le Niger a cédé le bonnet d’âne à la Sierra Leone qui a affiché sur la même période, un taux de croissance annuelle de 4,2%. Une impressionnante croissance économique qui résulte en bonne partie des réformes entreprises sous l’ère Mouhamadou Issoufou. Le climat des Affaires et la bonne gouvernance se sont améliorés attirant de plus en plus d’investisseurs. « La croissance a été inclusive, car l’incidence de la pauvreté a baissé, surtout en milieu rural qui a bénéficié notamment d’un plan de soutien annuel d’un montant cumulé d’environ 2000 milliards de Francs CFA », poursuit Issoufou
Si les conséquences économiques de la pandémie de coronavirus devraient ralentir la croissance, le pays peut entrevoir un avenir meilleur. Dans les années à venir, l’augmentation de la production du pétrole devrait permettre au Niger d’enregistrer un taux de croissance moyenne annuel de 9%. 
 
Première alternance démocratique 
 
Durant sa présidence à la tête de la CEDEAO (Communauté économique des États d’Afrique de l’Ouest), Mouhamadou Issoufou a montré une opposition contre ses homologues de la sous région adeptes des troisièmes mandats après avoir changé la Constitution. « Une de mes plus grandes ambitions, c’est d’organiser en 2021 des élections libres et transparentes et de passer le témoin à un autre Nigérien que les Nigériens auront choisi », avait affirmé le dirigeant de 69 ans dans un entretien à la télévision d’Etat, à l’occasion du premier anniversaire de son investiture pour un second mandat le 2 avril 2016. Pour lui succéder à la tête de l’Etat nigérien, Issoufou a choisi son dauphin en la personne de l’ancien ministre de l’intérieur, Mohamed Bazoum. Ce dernier devra affronter au second tour le 20 février, l’ancien président Mahamane Ousmane, arrivé deuxième de la présidentielle. La passation de pouvoir entre le vainqueur de ce duel et le président Mouhamadou Issoufou marquera la première alternance démocratique dans ce pays. « Quel que soit le vainqueur, la victoire appartiendra au peuple nigérien. C’est un jour spécial pour le Niger qui va connaître pour la première fois de son histoire une alternance démocratique », avait souligné le président sortant après avoir voté à l’hôte de ville de Niamey le 27 décembre, pour le premier tour de la présidentielle. 
copyright www.intelligences.info

A SUIVRE AUSSI

0 commentaires

    Nom :
     

    Commentaire :