ALERTE COVID-19 : La dette publique mondiale a augmenté d'un sixième en 2020
société

Le bilan de la riposte sénégalaise un an après l’apparition de l’épidémie

03/03/2021
Le bilan de la riposte sénégalaise un an après l’apparition de l’épidémie


Le 2 mars 2020, le Sénégal enregistrait son premier cas de Covid-19. Pour marquer l’an un de la riposte contre cette pandémie, le ministre de la santé et ses services ont présenté un bilan ce mardi à la suite du point du jour. Abdoulaye Diouf Sarr a tenu à rendre hommage aux acteurs de la lutte depuis le début.

« Depuis le 2 mars 2020, la prévention et la lutte contre le Covid-19 sont menées sans relâche. Toutes les forces vives de la nation se sont mobilisées pour vaincre le virus. Nos efforts conjugués, ont hissé le Sénégal au rang mondial en matière de lutte contre la pandémie. C’est la raison pour laquelle, je réitère mes remerciements à ceux et celles qui se sont toujours battus depuis 365 jours, pour freiner la propagation du virus et prendre en charge les personnes atteintes de Covid-19 », a-t-il dit.

A sa suite, le docteur Abdoulaye Bousso est largement revenu sur les chiffres de la riposte. Selon le directeur du Centre des Opérations d’Urgence sanitaire (COUS), la majorité des patients atteints de Covid-19 depuis le début de la pandémie est de sexe masculin, avec 54% d’hommes, et 46% de femmes. Ces personnes présentent trois comorbidité principales dont le diabète, l’hypertension artérielle et les maladies cardiovasculaires.

Depuis le début de la pandémie au Sénégal, 5 régions ont franchi la barre des 1000 cas selon le docteur Bousso avec Dakar, Thies, Diourbel, Kaolack et Saint-Louis.
La transmission communautaire a été active avec 47% des cas, 51% de cas contacts et 2% de cas importés.

L’expert en gestion des urgences et catastrophes sanitaires décèle deux phases de la lutte, avec d’abord une première vague: 2 mars-16 novembre, et une deuxième vague qui va du 23 novembre jusqu’à nos jours.

Pour le docteur Bousso, « la deuxième vague est beaucoup plus intense que la première, en termes de cas sévères et de cas graves ». En effet, le nombre de personnes contaminées par 100 000 habitants est de 12,7%, contre 5,5% pour la première vague.

Pour le nombre de décès hebdomadaire, dans la première vague, ce nombre s’élevait à 28 dans la semaine du 29 juin 2020, alors que dans la seconde vague, 66 décès ont été enregistrés dans la semaine du 28 février.
Le nombre de décès mensuel a aussi doublé, s’élevant à 242 au mois de février 2021, contre 95 en juillet 2020.

Dans la première vague, c’était des personnes dans la tranche d’âge de 25 à 34 ans qui étaient les plus touchées par le Covid-19, et dans la seconde vague, ce sont les plus de 60 ans qui se retrouvent le plus exposées.

Toutefois, le docteur Abdoulaye Bousso admet « une amorce descendante de la courbe épidémiologique » depuis trois semaines. Ce qui, selon lui, est dû aux mesures prises par les autorités et le respect des gestes barrières.

A ce jour, le Sénégal enregistre 34 832 cas positifs au Covid-19, dont 29 402 guéris, 888 décédés et 4541 sous traitement.

copyright www.intelligences.info

A SUIVRE AUSSI

0 commentaires

    Nom :
     

    Commentaire :