ALERTE COVID-19 : Covid : le Premier ministre japonais affirme qu'il n'a « jamais donné la priorité aux Jeux Olympiques »
international

Avec la mort d’Idriss Déby, inquiétudes pour la pérennité du G5 Sahel

22/04/2021
Avec la mort d’Idriss Déby, inquiétudes pour la pérennité du G5 Sahel


Ce n’est un secret pour personne. Idriss Déby, le défunt président tchadien, mort au combat « des suites de blessures », était un allié de taille de la France, dans la lutte contre le terrorisme au Sahel. C’est ainsi, « un partenaire-clé » dans la lutte anti-djihadistes, voire un pilier central, que les occidentaux ont vu tomber ce mardi.

Enclavé dans des États comme la Libye, le Soudan ou la Centrafrique, le Tchad qu’Idriss Déby dirigeait d’une main de fer depuis plus de 30 ans, est en effet incontournable pour la France et ses alliés occidentaux, tant par sa position géostratégique, entre l’Afrique de l’Ouest, de l’Est et Centrale, que par son apport militaire puisqu’il fournit à la lutte antijihadiste les soldats les plus aguerris du G5 Sahel (Mauritanie, Mali, Burkina Faso, Niger et Tchad).

C’est dans ce cadre que Déby avait annoncé un renfort supplémentaire de 1200 hommes pour combattre les djihadistes, au moment de prendre la tête du G5 Sahel qu’il présidait jusque-là. Un engagement militaire qui pourrait être remis en question avec la mort du Président Déby:

« L’impact de la disparition de Déby sera ressenti sur les plans politique, militaire et sécuritaire. Il était un allié important, un pivot capital dans la stratégie de Paris et de la communauté internationale dans la lutte contre le terrorisme », plaide le chercheur sénégalais Bakary Samb, directeur de Timbuktu Institute, dans un entretien accordé au quotidien national le Soleil. Selon M. Samb qui prédit « une nouvelle géopolitique », « le Sahel ne sortira pas indemne de cette situation ».

Militaire de carrière, aimant à se faire présenter en guerrier, Idriss Déby (68 ans), prenait régulièrement la tête de ses troupes pour défendre son pouvoir. C’est ainsi qu’il a pu faire face à plusieurs rébellions venues notamment du bourbier libyen. Une habitude qui lui a donc coûté la vie. Son fils, Mahamat Déby (37 ans), a été propulsé au pouvoir par l’armée pour prendre la tête d’un Conseil militaire de transition. Mais pour Bakary Samb, qui « ne voit pas une alternative assez rapide se mettre en place, il y’aura une redistribution des cartes sur le plan géopolitique ».

copyright www.intelligences.info

A SUIVRE AUSSI

0 commentaires

    Nom :
     

    Commentaire :