ALERTE COVID-19 : Covid : le Premier ministre japonais affirme qu'il n'a « jamais donné la priorité aux Jeux Olympiques »
culture

Le Mémorial de Gorée sera inauguré en 2023, selon Amadou Lamine Sall

28/04/2021
Le Mémorial de Gorée sera inauguré en 2023, selon Amadou Lamine Sall


Le poète Amadou Lamine Sall, secrétaire général de la Fondation du mémorial de Gorée-Almadies, a annoncé mardi l’inauguration en 2023 de cet édifice dédié au souvenir de l’esclavage, dont les travaux vont démarrer au second semestre de l’année en cours.
 
‘’Enfin nous allons réaliser ce rêve ! Le président Macky Sall va inaugurer ce [mémorial] en 2023’’, a déclaré M. Sall, précisant que cette date a été avancée par le chef de l’Etat.
 
Il a salué la volonté politique du président de la République de faire construire le mémorial de Gorée, un projet qui date de 1975, porté par des intellectuels et artistes noirs. 
 
‘’Nous aurions eu des milliards et des milliards de dollars, nous ne pourrions jamais réaliser ce projet de mémorial s’il n’y avait pas eu de volonté politique (…) C’est la volonté politique qui porte les grands projets depuis des siècles’’, a commenté le poète. 
 
Il intervenait à une conférence, au Musée des civilisations noires, à Dakar, à l’occasion de la célébration de la Journée nationale de commémoration des résistances et du souvenir des victimes des traites négrières et de leur abolition.
 
Macky Sall a décidé de léguer aux générations futures le mémorial de Gorée, a rappelé Amadou Lamine Sall. Cette ‘’volonté politique nationale’’ coïncide avec la présidence tournante de l’Union africaine (UA) par le chef de l’Etat sénégalais, a-t-il dit. 
 
Le Sénégal va assurer la présidence de l’UA en 2022-2023.
 
‘’Il n’y a pas de hasard dans l’histoire, le président Macky Sall sera en 2022 le président de l’Union africaine. En même temps celui qui va bâtir le projet du mémorial de Gorée dans son pays sera le président de l’UA’’, a souligné Amadou Lamine Sall.
 
La construction du mémorial de Gorée va démarrer dans le second semestre de 2021. L’APIX, agence chargée des grands travaux de l’Etat, en assurera la maîtrise d’ouvrage. Elle procède actuellement à la sélection des entreprises devant prendre part à la construction de l’édifice à Gorée, point de départ des esclaves africains vers les Amériques durant la traite négrière.
 
‘’Des rencontres techniques (…) sont prévues dans le cadre de la promotion du mémorial de Gorée, de mai à septembre 2021’’, a annoncé Demba Faye, le directeur de cabinet du ministre de la Culture et de la Communication en intervenant à la conférence.
 
Le mémorial de Gorée-Almadies sera un lieu de ‘’mémoire’’ et ‘’d’avenir’’, qui va servir à ‘’savoir pardonner, avancer et créer une nouvelle civilisation, une nouvelle humanité’’, a dit Amadou Lamine Sall.
 
Le mémorial est présenté par les autorités sénégalaises comme un édifice ‘’de souvenir et de recueillement, un centre de communication, d’activités artistiques et esthétiques, d’éveil scientifique et technologique’’. 
 
Ce sera ‘’un lieu de socialisation, avec un sentiment d’appartenance à une communauté noire, forte, soudée, solidaire et ouverte sur le monde’’. 
 
L’architecte italien Ottavio Di Blasi a conçu la maquette du projet après qu’il est arrivé premier, en 1997, d’un concours international auquel ont pris part plus de 800 concurrents de 68 nationalités, sous l’égide de l’Unesco, l’agence des Nations unies chargée de l’éducation, de la science et de la culture.
 
Le mémorial, qui sera construit au bord de l’océan Atlantique, ‘’sera ouvert sur le monde, sur l’Amérique’’ où ont été déportés des millions d’Africains lors de la traite négrière. D’une hauteur de 105 mètres, il sera érigé sur 3.000 mètres carrés.
 
Un financement de 2,5 milliards de francs CFA a été octroyé au projet dans le budget 2021 de l’Etat du Sénégal.
 
La volonté d’édifier un espace de souvenir à Gorée répond à un vœu exprimé par des intellectuels et artistes noirs de plusieurs pays. 
 
En 1975, le président sénégalais, Léopold Sedar Senghor, avait lancé l’idée d’édifier ce monument. Abdou Diouf, son successeur, a décidé de donner corps à cette idée à partir de 1986 en souhaitant que l’édifice intègre un complexe culturel dédié aux droits de l’homme et au dialogue des peuples. 
 
Après le lancement du concours d’architecture remporté le 14 septembre 1997 par Di Blasi, le projet a été mis en en veilleuse. Il sera sorti des tiroirs en 2012 par Macky Sall. 
copyright www.intelligences.info

A SUIVRE AUSSI

0 commentaires

    Nom :
     

    Commentaire :