ALERTE COVID-19 : 2 décès et 27 nouveaux cas positifs déclarés ce dimanche au Sénégal
economie

A deux semaines du sommet France-Afrique, Macron propose un « New Deal » au continent

03/05/2021
A deux semaines du sommet France-Afrique, Macron propose un « New Deal » au continent


En prélude au sommet sur le financement des économies d'Afrique subsaharienne qui va se tenir le 18 mai 2021 à Paris, le président français, Emmanuel Macron, a appelé à préparer un « New Deal » pour aider les pays africains à surmonter le « ralentissement très fort » de leurs économies depuis la crise de la Covid-19. S'adressant à la presse avant un déjeuner avec le président congolais Félix Tshisekedi à l'Élysée, le président français a insisté sur « le choc que le continent (africain) subit depuis 2020 ».

Face à cela, dit-il, « nous ne pouvons pas faire avec les recettes d'hier » alors que « nous sommes collectivement en train d'abandonner l'Afrique à des solutions qui datent des années 60 », a-t-il regretté. « Nous devons absolument inventer pour les 17 et 18 mai prochains un New Deal du financement de l'Afrique », basé notamment sur « des solutions profondément novatrices », a poursuivi Emmanuel Macron, en faisant référence au « New Deal » (« Nouvelle donne ») mis en œuvre par le président américain Franklin Delano Roosevelt pour lutter contre l'impact de la Grande Dépression des années 1930.

Selon le Figaro, la dette de l'Afrique a fortement baissé dans les années 90 à la suite de l'initiative du FMI et de la Banque mondiale en faveur des pays pauvres et très endettés (PPTE). Avant de repartir à la hausse : entre 2006 et 2019, elle a été multipliée par trois, de 100 à 309 milliards de dollars. Et la crise de la Covid-19 n'a rien arrangé. Selon le FMI, les pays d'Afrique sub-saharienne pourraient se trouver face à un déficit de financement de 290 milliards de dollars d'ici 2023. Dès avril 2020, un moratoire sur le service de la dette a été mis en place par le Club de Paris et le G20, qui a permis de différer le paiement de 5,7 milliards de dollars d'intérêts.

En octobre, le G20 s'était mis d'accord sur un « cadre commun » pour « restructurer la dette de certains pays, impliquant les créanciers privés et la Chine », de loin le premier bailleur des pays africains (l'Angola, le Kenya et l'Ethiopie sont ses trois premiers débiteurs). Pour rappel, la France doit accueillir le 18 mai à Paris le Sommet sur le financement des économies d'Afrique subsaharienne, avec la participation d'une dizaine de dirigeants africains et des responsables européens et de grandes organisations internationales, comme le FMI ou la Banque Mondiale. Le 17 mai, une conférence consacrée à la dette du Soudan se tiendra dans la capitale française.

 

 

copyright www.intelligences.info

A SUIVRE AUSSI

0 commentaires

    Nom :
     

    Commentaire :