ALERTE COVID-19 : France : Le port du masque à l'extérieur ne sera plus obligatoire dès jeudi, le couvre-feu levé dès dimanche
politique

Sénégal : L’opposition rejette les conclusions de la Mission d’audit du fichier électoral 2021

06/05/2021
Sénégal : L’opposition rejette les conclusions de la Mission d’audit du fichier électoral 2021


Face à la presse, mercredi 5 mai 2021, l’opposition réunie au sein du Front de résistance nationale (FRN) a apporté quelques observations sur le rapport provisoire de la Mission d’audit du fichier électoral (MAFE) 2021. Les leaders de l’opposition ont rejeté les conclusions des experts qui ont qualifié le fichier de « fiable et cohérent ». Le fichier « ne permet pas d’organiser des élections équitables et ne reflète pas la démographie du pays », selon le FRN.

Le contenu de l’audit a ainsi été quelque part « dévoyé » parce qu’il était question d’un audit sur pièce et sur place. C’était cela la nouveauté de cette mission d’audit de 2021. Les auditeurs n’ont pas fait le travail de comparaison entre le nombre d’inscrits sur les listes électorales communales et le potentiel de la population en âge de voter, a fait savoir l’opposition.  

Après avoir constaté l’importance de l’utilisation des extraits de naissance (900 442 électeurs (13,5%) et 515 645 électeurs qui ont changé de lieu de vote, lors de la refonte partielle, l’opposition a cherché à savoir quelles étaient les recommandations faites pour radier les inscriptions frauduleuses, vu l’immensité du phénomène, conformément aux TDR mais, regrette le FRN, « les auditeurs n’ont pas pu donner de réponses ».

Concernant l’évaluation du système de parrainage à l’élection présidentielle, les membres de l’opposition au sein du FRN ont rapporté que les auditeurs « n’ont pas pu vérifier comment le système de parrainage a été mis en œuvre à l’élection présidentielle de 2019 par le Conseil Constitutionnel, parce ce dernier a refusé de les recevoir : il n’a même pas répondu à leur lettre de saisine tout au début de la mission d’audit ! ».

L’opposition a également tenu à rappeler à l’opinion publique nationale et celle internationale, qu’elle continue : « d’exiger l’organisation des élections locales en 2021, des élections législatives en 2022 et de l’élection présidentielle en 2024 sur la base d’un fichier fiable et l‘application de tous les accords consensuels issus de la commission politique du Dialogue National ».

copyright www.intelligences.info

A SUIVRE AUSSI

0 commentaires

    Nom :
     

    Commentaire :