ALERTE COVID-19 : France : Le port du masque à l'extérieur ne sera plus obligatoire dès jeudi, le couvre-feu levé dès dimanche
international

Burkina Faso: Spéculations autour du retour de Blaise Compaoré

10/05/2021
Burkina Faso: Spéculations autour du retour de Blaise Compaoré


Va-t-on assister au retour de Blaise Compaoré au Burkina Faso? Tout porte à le croire. Le ministre burkinabé de la réconciliation, Zéphirin Diabré, s’est rendu en Côte d’Ivoire pour rencontrer l’ancien président. Une rencontre pour « poser les bases » de la réconciliation, et qui se serait déroulée dans la plus grande discrétion.

Blaise Compaoré, qui a obtenu la nationalité ivoirienne, doit être jugé au Burkina Faso pour son rôle présumé dans l’assassinat du président Thomas Sankara, lors du coup de 1987 qui l’a porté au pouvoir, où il est resté pendant 27 ans.

Renversé par un soulèvement populaire en 2014, il s’est exilé en Côte d’Ivoire. Lors de la dernière élection présidentielle, les candidats avaient tour à tour émis le souhait de le voir rentrer au pays.

Le dossier de l’assassinat de Thomas Sankara a été renvoyé le 13 avril devant le tribunal militaire de Ouagadougou par la juridiction d’instruction après la confirmation des charges. Blaise Compaoré et 13 autres personnes sont poursuivis pour « complicité d’assassinats » et « d’attentat à la sûreté de l’Etat ».

Son retour était « une promesse » faite par le Président Roch Marc Christian Kaboré pendant sa campagne électorale de novembre 2020. « Il est clair que son retour a été le sujet phare lors de la rencontre d’Abidjan », confie l’analyste politique, Drissa Traoré.
Si juridiquement l’extradition de Blaise Compaoré de Côte d’Ivoire est possible, il est rare qu’un pays extrade ses propres ressortissants. Il a de plus des liens étroits avec le président ivoirien Alassane Ouattara, qui a également rencontré le ministre Zéphirin Diabré.

« Pour un certain nombre d’Ivoirens, dans la mesure où Blaise Compaoré a acquis la nationalité ivoirienne, la Côte d’Ivoire ne devrait pas livrer un de ses citoyens au tribunal d’un autre pays, estime Sylvain N’Guessan, analyste de la vie politique ivoirienne. Je pense que l’administration publique du Burkina Faso essai de contenir l’opinion publique en faisant croire que le Président Blaise Compaoré pourrait être extradé du jour au lendemain. Sinon, dans la pratique, ce genre de procédure demande du temps », explique-t-il.

Si des cadres du Congrès pour la démocratie et le progrès (CDP), parti de l’ancien président, affirment que la justice burkinabé devrait surseoir aux poursuites contre Blaise Compaoré dans l’affaire de l’assassinat de Thomas Sankara au nom de la réconciliation, pour le sociologue Boniface Some, « la réconciliation ne signifie pas qu’il faut laisser tomber tel ou tel dossier ».

À Ouagadougou, la rencontre entre Zéphirin Diabré et Blaise Compaoré est bien accueillie, avec toutefois une certaine réserve de la part de certains, au sujet de son retour dans la perspective d’une réconciliation nationale.
La question qui se pose désormais est de savoir si Blaise Compaoré acceptera de retourner au bercail sans un minimum de garantie concernant son avenir judiciaire?

copyright www.intelligences.info

A SUIVRE AUSSI

0 commentaires

    Nom :
     

    Commentaire :