ALERTE : Sécheresse : Il est urgent d’accélérer son atténuation, en utilisant tous les outils possibles, alerte la CNUCLD
international

Gabon: Pourquoi Ali Bongo veut adhérer au Commonwealth?

12/05/2021
Gabon: Pourquoi Ali Bongo veut adhérer au Commonwealth?


Le Gabon est en passe de rejoindre le Commonwealth. Les choses semblent aller très vite, car le Président Ali Bongo en séjour à Londres, a échangé avec l’honorable Patricia Scotland, secrétaire générale de l’organisation en vue de l’adhésion de son pays. L’organisation intergouvernementale regroupe 54 États membres ayant en commun et en partage la langue anglaise.

« J’ai eu une conversation chaleureuse et riche avec l’honorable Patricia Scotland sur la possible intégration du Gabon dans le Commonwealth. Ce serait une étape historique pour le Gabon! Cet objectif commun pourrait devenir une réalité au cours du prochain sommet Commonwealth à Kigali », a écrit Ali Bongo sur Twitter.


Le Gabon, un pilier de la Francophonie, pourrait ainsi tourner le dos à cette organisation, et devenir le prochain pays africain sur la liste du Commonwealth après le Rwanda.

Cette semaine, une délégation conduite par Luis Franceschi, directeur général de la gouvernance et de la paix du Secrétariat du Commonwealth, s’est rendue à Libreville. Objectif, avancer sur les discussions d’adhésion du Gabon et présenter la candidature à d’autres pays membres.

Il à rencontré les principales autorités du pays, dont le premier ministre Rose Christiane Ossouka Raponda: « Le Gabon et le Commonwealth partagent des valeurs communes notamment l’égalité, la démocratie et la non-discrimination. La volonté du Président de la République Ali Bongo est d’ouvrir davantage notre pays a de nouveaux partenariats », a-t-elle assuré.


La volonté du Gabon d’adhérer au Commonwealth n’est pas nouvelle. Les premiers échanges en ce sens ont eu lieu à l’orée des années 2010. Mais, après une période de mise en stand-by, les choses se sont accélérées ces derniers jours.
Officiellement, il s’agit pour le pays de s’ouvrir à d’autres partenaires, de diversifier ses relations. Une certaine fatigue aussi vis à vis de la France, ancienne puissance coloniale. Or, les pays anglophones sont, en Afrique notamment, perçus comme plus dynamiques, en particulier sur le plan économique, que les pays francophones.


« La France donne l’impression de perpétuer une relation asymétrique et de s’ingérer à tout propos dans les affaires intérieures du pays en cherchant à lui dicter son comportement sur un certain nombre de sujets. Comme si l’époque coloniale n’était pas tout à fait terminée", fait observer un politologue.
Or, selon lui, « ce qui plait précisément, à l’inverse dans le Commonwealth, c’est que chaque État membre, quel que soit sa taille ou sa puissance économique, est à égalité et que les relations entre États sont réellement régies par le respect mutuel ».

copyright www.intelligences.info

A SUIVRE AUSSI

0 commentaires

    Nom :
     

    Commentaire :