ALERTE COVID-19 : France : Le port du masque à l'extérieur ne sera plus obligatoire dès jeudi, le couvre-feu levé dès dimanche
international

Cérémonie d’investiture: les engagements d’Assimi Goïta

08/06/2021
Cérémonie d’investiture: les engagements d’Assimi Goïta


Le colonel Assimi Goïta devient officiellement président du Mali. Il a été investi ce lundi 7 juin au Centre International de Conférence de Bamako. Il y’a quelques jours, il avait été reconnu président de la transition, suite aux démissions de Bah N’daw et de son premier ministre, Moctar Ouane.


A tout juste 37 ans, Assimi Goïta, militaire de formation s’impose désormais comme le nouvel homme fort de Bamako.
« La nouvelle situation nous offre l’opportunité de remettre le processus de la transition dans le sens souhaité par le peuple. Les défis sont immenses, les attentes légitimes du peuple aussi grandes », a-t-il déclaré d’emblée, lors de son discours d’investiture.


Fils de militaire, Goïta est avant tout un soldat. Il suit une formation en France puis aux États-Unis, avant de revenir au Mali.
En 2014, il prend la tête des forces spéciales, une unité d’élite engagée dans la lutte contre le terrorisme.
C’est en août dernier, après le coup d’Etat contre Ibrahim Boubacar Keïta qu’il se fait connaître, prenant la tête des putschistes. Goïta est aussi l’homme de base qui avait initié le processus de transition en nommant Bah N’daw et Moctar Ouane, respectivement aux postes de président et de premier ministre de transition.


« Nous n’avons plus droit à l’erreur. Le Mali se trouve dans une situation de crise socio-politique, sécuritaire. En faisant cette intervention, nous avons mis le pays au-dessus de tout, le Mali d’abord », déclarait-il alors pour justifier le coup d’état, entouré de militaires armés.
Pour sa cérémonie d’investiture de ce lundi, le colonel veut ouvrir une nouvelle page.


« Je voudrais rassurer les organisations sous-régionales, régionales et la communauté internationale en général que le Mali va honorer l’ensemble de ses engagements pour et dans l’intérêt supérieur de la nation », a-t-il déclaré après avoir prêté serment en uniforme d’apparat devant la Cour suprême.

L’ancien commandant de bataillon des forces spéciales a dit en particulier sa volonté d’organiser « des élections crédibles, justes, transparentes aux échéances prévues ».


Les militaires s’étaient engagés après le premier putsch du 18 août 2020, à organiser des élections présidentielle et législatives le 27 février 2022. Un engagement cependant mis en doute par un nouveau putsch le 24 mai dernier. Choguel Maïga, vétéran de la politique malienne et figure du collectif M5, a été officiellement nommé premier ministre.

copyright www.intelligences.info

A SUIVRE AUSSI

0 commentaires

    Nom :
     

    Commentaire :