ALERTE COVID-19 : France : Le port du masque à l'extérieur ne sera plus obligatoire dès jeudi, le couvre-feu levé dès dimanche
international

Covid-19 en Afrique: Ce qu'il faut savoir du rapport Mo Ibrahim sur l'impact de la pandémie

09/06/2021
Covid-19 en Afrique: Ce qu


L'Afrique a su faire face au Covid mais l'avenir n'est pas rassurant. Un rapport sur un an de Covid en Afrique publié samedi par la fondation Mo Ibrahim, référence sur le développement dans le continent, constate que le bilan sanitaire est meilleur en Afrique qu'ailleurs. On n'y a dénombré officiellement que 4,5 millions de personnes infectées, même si la réalité, là comme ailleurs, est sans doute supérieure. Ces cas se répartissent à 43 % en Afrique australe, 30 % en Afrique du nord, 10 % en Afrique occidentale, 14 % en Afrique de l'est et 3 % en Afrique centrale.

L'Afrique concentre seulement 3 % des cas recensés dans le monde, alors qu'elle représente 18 % de l'humanité. Même étiage relativement bas pour les décès, 3,8 % du total mondial, soit à peine plus que le seul Royaume Uni, chiffre sans doute sous évalué aussi toutefois.

La raison en est que « l'Afrique est moins connectée que les autres continents mais aussi parce que les pouvoirs publics africains se sont montrés très réactifs en raison d'expériences épidémiques antérieures », explique Mo Ibrahim aux Echos. Les pays africains ont instauré très tôt des restrictions aux voyages internationaux, ainsi qu'aux déplacements à l'intérieur de leur territoire moins d'un mois après avoir enregistré un premier cas. Faute de moyens, les pays africains ont aussi fait preuve d'ingéniosité, notamment en utilisant le pooling de tests, technique statistique mise au point en 1943 pour économiser le nombre d'échantillons dans un dépistage épidémique. Ils n'ont aussi mis que quelques jours pour instaurer des programmes pour tester et tracer les personnes infectées

 

En revanche, l'accent mis sur le Covid a accaparé des ressources médicales qui n'ont pu être utilisées contre d'autres fléaux. Le rapport estime que le nombre de décès supplémentaire pour cause de malaria pourrait être supérieur à celui du Covid, tandis que le niveau d'infection par la tuberculose serait revenu à celui de 2013. Pour le Sida, l'Afrique serait retombée en 2008

 

Ces restrictions, quoique moins sévères que dans les pays occidentaux, ont « durement frappé l'Afrique car nos gouvernements ne disposaient pas des marges de manoeuvres budgétaires permettant de soutenir les entreprises, ou de payer le chômage technique, comme l'ont fait les gouvernements occidentaux », précise Mo Ibrahim. « Les pays africains ne peuvent pas emprunter à des taux conventionnels et nous espérons vraiment que les pays riches vont leur prêter à des conditions préférentielles ». L'Afrique a connu sa première récession depuis trente ans et un chômage au plus haut depuis dix ans. Les enfants africains ont aussi perdu 26 semaines d'enseignement en 2020

 

Ces restrictions, quoique moins sévères que dans les pays occidentaux, ont « durement frappé l'Afrique car nos gouvernements ne disposaient pas des marges de manoeuvres budgétaires permettant de soutenir les entreprises, ou de payer le chômage technique, comme l'ont fait les gouvernements occidentaux », précise Mo Ibrahim. « Les pays africains ne peuvent pas emprunter à des taux conventionnels et nous espérons vraiment que les pays riches vont leur prêter à des conditions préférentielles ». L'Afrique a connu sa première récession depuis trente ans et un chômage au plus haut depuis dix ans. Les enfants africains ont aussi perdu 26 semaines d'enseignement en 2020

 

copyright www.intelligences.info

A SUIVRE AUSSI

0 commentaires

    Nom :
     

    Commentaire :