ALERTE COVID-19 : France : Le port du masque à l'extérieur ne sera plus obligatoire dès jeudi, le couvre-feu levé dès dimanche

ARTICLE SUIVANT

Zoom sur

Un homme d'expérience pour rassurer les partenaires internationaux

10/06/2021
Un homme d


Le nouveau Premier ministre de transition au Mali, Choguel Kokalla Maïga, est décrit comme un « animal politique » au parcours sinueux. Il vient d'être appelé par le nouveau président de la transition, le colonel Assimi Goïta, qu'il critiquait encore récemment à diriger le gouvernement d'un pays meurtri. Âgé de 63 ans, Choguel Kokalla Maïga a été nommé ce lundi par décret présidentiel par le colonel Assimi Goïta, lui-même investi chef de l'État quelques heures plus tôt, deux semaines après son deuxième coup d'État en neuf mois. Avec un groupe de colonels, Assimi Goïta a d'abord renversé le 18 août 2020 le président Ibrahim Boubacar Keïta, puis il a écarté le 24 mai le président et le Premier ministre de la transition censée ramener les civils au pouvoir début 2022.

 Depuis 20 ans, Choguel Maïga a été de toutes les luttes de pouvoir, souvent à la marge : candidat aux présidentielles de 2002, 2013 et 2018, il ne recueille qu'entre 2 et 3 % des voix. Entre-temps, il a soutenu le président Amadou Toumani Touré (2002-2012), dont il a été ministre de l'Industrie. En 2013, il se rallie au second tour à Ibrahim Boubacar Keïta (« IBK »), dont il sera le ministre de la Communication de 2015 à 2016,avant  de s'ancrer dans l'opposition. « Il n'a jamais digéré le fait d'avoir été mis sur la touche par IBK », estime un diplomate africain.

Ces dernières années, Choguel Kokalla Maïga a aussi régulièrement critiqué l'accord de paix signé en 2015 entre l'ex-rébellion du Nord et le camp pro-Bamako, dont l'application reste très partielle. Le nouveau Premier ministre aura dans un laps de temps très court la délicate tâche de former une nouvelle équipe gouvernementale aussi consensuelle que possible, lui qui était plutôt versé ces dernières années dans les petites phrases assassines envers le pouvoir. Choguel Maïga doit sous travailler sur un programme précis avec le Conseil national de Transition (CNT), organe législatif de la Transition dont il réclamait, il y a encore peu la dissolution.

Le nouveau chef du gouvernement est une figure du Mouvement du 5-Juin/Rassemblement des forces patriotiques (M5-RFP), coalition hétéroclite d'opposants politiques, de chefs religieux et de membres de la société civile, qui a orchestré en 2020 la contestation contre le président Keïta, parachevée par le putsch. Marginalisé par la junte et tenu à l'écart des organes de la transition pendant des mois, le M5-RFP, Choguel Maïga en tête, a alors dirigé ses flèches contre le colonel Goïta et son groupe d'officiers, véritables détenteurs du pouvoir.

copyright www.intelligences.info

A SUIVRE AUSSI

0 commentaires

    Nom :
     

    Commentaire :