ALERTE COVID-19 : Amnesty demande aux laboratoires de mettre à disposition des pays à faible revenu « 50% des doses produites »
Santé

Covid-19, le continent africain de plus en plus touché

23/07/2021
Covid-19, le continent africain de plus en plus touché


Après avoir été pendant longtemps relativement épargné par la pandémie de Covid-19, le continent africain fait désormais face à une flambée de plus en plus inquiétante des cas.

Récemment, l'Organisation mondiale de la santé signalait que les décès liés à la Covid-19 sur le continent avaient connu "une progression de 43 %" en l'espace d'une semaine. Dans plusieurs pays à l’instar de la Tunisie, la situation est de plus en plus tendue.
"La situation est trop grave, vraiment ça me fait peur, j’ai beaucoup de gens que je connais qui sont morts…" Karima Mahdouni est inquiète et il y a de quoi : la Tunisie a officiellement enregistré près de 550.000 cas de coronavirus au total avec près de 18.000 morts pour 12 millions d’habitants.

Mais selon le docteur Rafla Tej Dellagi, responsable d’un centre de vaccination à Tunis " nous n’avons pas atteint le pic et le système de prise en charge (des patients, ndlr) est essentiel. Non seulement nous sommes à peu près à 200 décès par jour, c’est ce qui est déclaré, mais aussi les services pour la prise en charge, l’hospitalisation, les lits d’oxygène sont actuellement occupés à leur maximum. Donc d’une manière ou d’une autre, il faut couper cette chaîne de transmission " explique t-elle.
 Couper la chaîne de transmission grâce à la vaccination… 8 % de la population a certes été vacciné mais cela reste encore trop peu pour freiner la pandémie. Face au manque d’oxygène, de lits en réanimation et de personnel médical la situation est catastrophique dans le pays. L’aide internationale s’organise alors que le ministre de la santé a été limogé.

D'autres pays concernés

Outre la Tunisie, les chiffres sont aussi inquiétants en Egypte (283.813), en Afrique du Sud, au Rwanda (qui a décidé de reconfiner sa population), au Kenya, en Erythrée ou encore en RDC (les autorités ont indiqué le 28 juin que le nombre de cas actifs depuis les cinq dernières semaines est passé de 2.000 à plus de 10.000). Les cas de l’Ouganda, de la Namibie et de la Zambie qui a dépassé le cap des 2000 décès restent particulièrement préoccupants.

Selon l’épidémiologiste Yap Boum, plusieurs raisons expliquent  cette flambée " le nouveau variant delta qui se répand dans des pays comme l'Ouganda, l'Afrique du Sud, où plus de 95 % des nouveaux cas sont dus à cet variant, c'est l’une des raisons. Deuxièmement, les gestes barrières ne sont plus respectée par les populations. Donc, à ce stade, la situation est assez difficile, étant donné que le virus se propage plus rapidement et atteint la population la plus à risque, ceux qui ont une comorbidité et aussi les personnes âgées et voir même certains jeunes."
 Pour Yap Boum, il est plus que jamais important de rendre disponible les vaccins en Afrique. L’épidémiologiste insiste par ailleurs sur l’accélération des procédures pour la production en Afrique des vaccins anti-Covid.

Jusqu'à présent, le variant Delta a été détecté dans 21 pays africains. Au Sahel et en Afrique de l’Ouest la situation est plutôt stable pour le moment à l’exception du Liberia, de la Sierra Leone et plus récemment du Sénégal où la tendance est à l’aggravation avec plus de 53 000 cas total de contaminations actuellement. 

Une bonne nouvelle tout de même, les laboratoires Pfizer et BioNTech ont annoncé qu'ils réaliseront dès 2022 l'étape finale de la production de leur vaccin contre le Covid-19 au Cap, en Afrique du Sud, pour fournir largement le continent africain. Objectif : fournir jusqu'à 100 millions de doses par an "exclusivement" aux 55 pays "membres de l'Union africaine".

copyright www.intelligences.info

A SUIVRE AUSSI

0 commentaires

    Nom :
     

    Commentaire :