ALERTE COVID-19 : Amnesty demande aux laboratoires de mettre à disposition des pays à faible revenu « 50% des doses produites »
international

En France, 161 000 manifestants défilent contre le passe sanitaire

25/07/2021
En France, 161 000 manifestants défilent contre le passe sanitaire


Selon le ministère de l'Intérieur, 161 000 personnes ont manifesté en France ce samedi contre l'extension du passe sanitaire. Ils étaient plus de 110 000 samedi dernier. À Paris, la manifestation a été émaillée de quelques incidents. 

Ils étaient environ 5 000 à Montpellier, 6 000 à Nice et 4 000 à Strasbourg. Un peu partout en France, des milliers de manifestants sont descendus dans les rues ce samedi, au cri de « liberté, liberté » ou appelant Emmanuel Macron à la « démission », pour protester contre le passe sanitaire et l'obligation vaccinale. Le ministère de l'Intérieur a recensé 168 actions en province, qui ont mobilisé près de 150 000 personnes. 

 

À Paris, en revanche, le nombre de manifestants était en légère baisse selon la place Beauveau, qui les évalue à 11 000, contre 18 000 samedi dernier. Dans la capitale, les manifestants se sont divisés en trois groupes distincts, dont l'un s'est rendu au Trocadéro, ou plusieurs milliers de personnes ont répondu à l'appel de Florian Philippot. L'ancien vice-président du Rassemblement national et président de son nouveau mouvement Les Patriotes, s'en est pris à l'« apartheid » que souhaite mettre en place l'exécutif selon lui.

Gilets jaunes, mais aussi soignants ou étudiants constituaient une bonne partie des manifestants, dans des cortèges où l'on a vu de nombreux drapeaux tricolores, et qui ont la plupart du temps défilé dans le calme.

Se faire vacciner ou non : ils veulent avoir le choix. Pour ces manifestants, l'extension du passe sanitaire s'apparente à une vaccination obligatoire. Paul a reçu ses deux doses, mais il est tout de même dans la rue : « Je suis là parce que le passe sanitaire, je ne l'utiliserai pas, s'insurge-t-il. C'est hors de question que je l'utilise. Je pense que je suis contre le principe. C'est une restriction totale de toutes les libertés qu'on a pu avoir. Ce n'est pas normal de montrer un papier avec une pièce d'identité à quelqu'un qui n'est pas habilité à le faire. Je suis complètement contre. »

 

« La fête elle va continuer ailleurs »

En blouse, siglée des Hôpitaux de Paris, cette infirmière sera bientôt obligée de se faire vacciner pour exercer son métier, mais elle refuse. « On nous a applaudit lors de la première vague, rappelle-t-elle. Maintenant on va nous jeter des pierres, nous lapider, alors que ce n'est absolument pas justifié. L'obligation vaccinale n'est absolument pas justifiée.» 

Ce parisien de 20 ans est même prêt à contourner la loi, à « faire un faux ». « Vous croyez vraiment que ça va se généraliser ? Ça ne va pas marcher. La fête elle va continuer ailleurs. Elle sera bien plus marrante là où on ne sera pas vaccinés et où on ne sera pas obligés de montrer ce petit papier. Et puis des faux ça existe déjà. et heureusement que ça existe.» 

 

Comme lors du mouvement des Gilets jaunes, les anti-passe sanitaire misent sur une mobilisation longue, chaque week-end, pour faire plier le gouvernement.

En fin de manifestation, des affrontements ont eu lieu entre près de 200 manifestants et les forces de l'ordre aux abords des Champs-Élysées.

Modifications du Sénat

Ces manifestations avaient lieu alors que le texte, adopté par l'Assemblée nationale en première lecture vendredi 23 juillet, était en lecture au Sénat. La Chambre haute, dominée par la droite, a apporté plusieurs changements au projet ce samedi, en excluant les mineurs de l'obligation de présenter un passe sanitaire, et en le limitant aux seuls espaces intérieurs. Les terrasses en seront donc exemptées. Autre modification : une mise en application du passe sanitaire le 15 septembre, au lieu du 30 août comme il était initialement prévu.

Mais ces changements pourront à nouveau être annulés, supprimés ou atténués en commission mixte paritaire ou lors de l'évolution du texte pendant la navette parlementaire.

copyright www.intelligences.info

A SUIVRE AUSSI

0 commentaires

    Nom :
     

    Commentaire :