ALERTE COVID-19 : Amnesty demande aux laboratoires de mettre à disposition des pays à faible revenu « 50% des doses produites »
société

Sénégal : Pluie d'hommages pour Mabousso Thiam, fils de l'ancien premier ministre Habib Thiam

26/07/2021
Sénégal : Pluie d


Ancien directeur général de l’Agence de Développement et d'Encadrement des Petites et Moyennes Entreprises (ADEPME), Mabousso Thiam, fils de l’ancien Premier ministre socialiste Habib Thiam, est rappelé à Dieu dimanche 25 Juillet. Plusieurs personnalités partout dans le monde lui ont rendu hommage à travers des témoignages émouvants.

 

Jean pierre Corréa, journaliste chroniqueur 

 

"QUE DIRE…SINON MERCI MAB…
Le Sénégal perd un guerrier… Le Walo perd un grand fils, et à nous, sénégalais, nous est arraché le compagnon, l'ami, l'homme, et surtout l'artisan de tous les possibles.
Géniteur d'une finance allouée aux plus démunis mais riches en idées créatrices, industriel novateur, il ambitionna le premier lait empaqueté, mode Soca, sur les confins du walo et du djolof, là où le berger peulh réinventa la pasteurisation du laitage en "soow pirr", il organisa la première et délicate mission de la distribution à grande échelle alors qu'il était raisonnable sous nos cieux, de le livrer de porte à porte, suspendu aux bouts d'un bâton accroché à l'épaule; façon " al pular."
Adversaire des impossibles, et défenseur des probables, il aura revêtu toutes les toges qui donnent droit à l'admission patronale. De la direction générale à la présidence de conseil, aucune promotion ne lui aura été refusée par ses pairs. Il était compétent tout court, au point de nous faire oublier qu'il était le fils du grand Habib, pour ne demeurer que l'humble bonhomme au service de tous, et ce jusque dans les partages les plus intimes où sa vraie nature se révélait comme des pétales dans le champ d'un vent symphonique communément appelé « musique ». Tantôt à la batterie, tantôt à la guitare, c'était sa manière de nous parler, de nous rassembler autour de sa joie de vivre et d'aimer son prochain, ce que le walo walo appelle le "begge".
Cet amour ne peut être plus grand que le manifeste qu'il montra dans sa lettre adressée au peuple des mille collines comme pour conjurer leur souffrance, à travers sa bien-aimée Philomène et à qui nous présentons nos sincères condoléances.
Adieu cher frère, adieu Mabousso, nous applaudissons ton bref passage, mais si utile pour nous tes compagnons, mais surtout pour ce Sénégal de demain dont le jeune Habib et ses camarades en sont la digne postérité.
Fraternellement."

Idrissa Diabira, directeur général de l'ADEPME

« Toutes mes sincères condoléances à toute la famille de Mabousso Thiam, un grand frère et mon prédécesseur, à mon ami et frère Mass Thiam en particulier à toute la famille du secteur privé et à l’écosystème des PME et aux membres du conseil de surveillance, au personnel et aux partenaires de l’ADEPME. Une grande perte.
Il fût un homme entier et de grand principe que j’ai eu l’honneur de rencontrer en 2012 à la faveur du combat commun pour la seconde alternance dans un débat où nous représentions nos candidats respectifs à… l’Universite de l’Entreprise, cela ne s’invente pas. Il fut nommé quelques mois plus tard à la tête de l’ADEPME et quelques années après, en 2017, j’ai eu l’honneur de le remplacer à la tête de cette institution qu’il a su réformer admirablement avec une gouvernance et une rigueur exemplaire, grâce à son éthique et à un très haut niveau de professionnalisme. Il me prodigua bien plus que les simples conseils de rigueur à la faveur d’une passation. Il souhaitait ma réussite pour l’ADEPME, pour le pays.
Je me réjouissais dans quelques mois de célébrer, avec lui en particulier, les 20 ans d’une institution devenue de référence pour laquelle il a tant fait. Qu’Allah l’accueille au paradis, que la terre lui soit légère. »

Elhad Hamidou Kassé, ministre conseiller

« Mabousso Thiam est parti. Intellectuel fécond et professionnel rigoureux, Thiam était aussi un artiste talentueux. Il a hérité de son père Habib, qui a occupé de prestigieux postes, l’humilité. Dieu t’accueille dignement, grand frère. »

Felwin Sarr, universitaire, économiste et philosophe…

« Mabousso Thiam à l’âme solaire,

A ton tour tu as fait le voyage vers l’autre rive. Nous attendons tous de l’autre côté ce franchissement, un jour. Le 1er juillet dernier nous étions tous les deux dans une voiture, allant à Nantes pour un concert que nous donnions le lendemain. Sur le chemin, les paroles de l’amitié toujours. Nous avons parlé du pays, de la vie, de mon aventure américaine, de nos histoires d’âmes. Le concert de Nantes fut beau. Le bel accueil de Catherine Blondeau du Grand T, des ingé son aux petits soins. Avec Youssou, François et Abou, le Daaray Samadhi proposa un beau set. Gnilane n’avais pas pu être des nôtres. Sa voix et sa présence sur scène nous manquèrent. Une parole sensible, posée dans l’après-midi, avait adouci l’atmosphère. Fakhane et Djiby étaient venus d’Orléans nous voir. Le public était réceptif et généreux. Nous étions heureux. Nous nous retrouvions, confrérie d’âmes en quête, dans le foyer lumineux de la musique et de la parole. Puis nous sommes allés ensemble à Paris donner un second concert à la MC 93, chez Hortense Archambault. La beauté continuait à creuser son sillon dans nos êtres. Nous avons diné le soir après le concert, près de la cité de la musique, avons remercié tout le monde pour cette belle tournée, avons parlé d’avenir, de l’album à finir d’enregistrer, d’une prochaine tournée... Nous nous sommes donnés rendez-vous en fin juillet au Sénégal. Tu rentrais avec les musiciens et je restai en France encore quelques semaines. Tu nous as raccompagné jusqu’à l’entrée du l’Appart hôtel où nous logions et tu es parti. C’était la dernière fois que je te voyais. Ne le sachant pas, l’adieu fut simple et fraternel. Nous étions le 4 juillet au soir.

Que dire de toi. Que tu es l’une des personnes les plus solaires qu’il m’est été donné de rencontrer. Que notre amitié fut une longue saison sans un seul jour de nuage. Que de ce côté-ci de la vie, je tacherai d’en prolonger la lumière. Que tu manqueras aux tiens, mais qu’ils ne seront jamais seuls.

En attendant de te retrouver au Pays sans fin, parmi les ancêtres bienheureux, fais un bon voyage mon ami. »

Amadou Lamine Sall, poète sénégalais

« La disparition de Mabousso est bouleversante ! C’était un grand Monsieur, comme on les aime.

Je l’avais rencontré il y a peu au ministère des Affaires Étrangères. Il m’avait alors dit qu’il avait un peu fui Dakar, pour vivre à Gaparou, je crois.

Le voyant avec un joli casque moto entre les mains, je lui avais fait part de ma peur des motos dans un pays de chauffards fous !

J’apprends sa mort et cela fait mal, très mal.

Nous avions eu l’honneur tous les trois, avec Maître Boucounta Diallo, d’avoir été choisis pour faire l’éloge funèbre de Colette Senghor à l’Hôpital Principal, devant toute la famille de Sédar.

Le Président Macky Sall avait tenu à faire le déplacement avec son épouse.

Moustapha Niasse était présent. Il avait tenu, lui aussi, à ce que nous fassions cet éloge funèbre.

Mabousso Thiam était splendide. Son hommage était d’altitude avec un verbe rare, un style rare. Nous étions tous suspendus à ses lèvres. Il avait évoqué son compagnonnage avec son ami le défunt Philippe Maguilen Senghor, le fils chéri du couple Colette-Sédar.

Voilà l’ami fondamental qui vient de nous quitter.

Que se passe-t-il donc en ce temps de malheur et de mort ?

Mais nous n’avons pas le choix. Nous ne pouvons qu’évoquer la miséricorde divine et prier. Mais… cela fait mal. Très mal.

Mes condoléances à sa famille, ses amis et… Moussa Ndoye, le frère et l’ami dévasté.»

Lansana Gagny Sakho, ancien DG de l’ONAS

« Un modèle d’humilité et de professionnalisme paix à son âme que la terre lui soit légère. Toutes mes condoléances les plus attristées une énorme perte pour le Sénégal. »

Patrick D Karamaga, Citoyen rwandais

« La communauté Rwandaise au Sénégal a l'immense tristesse d'apprendre le décès de Mr. Mabousso THIAM, le mari de notre Dr. Philo THIAM. Dr Philo et le reste de la famille, recevez nos plus sincères condoléances et toute notre amitié dans ces moments difficiles. »

Gatete N. Ruhumuliza, analyste politique rwandais

« Un beau-frère qu’on appréciait... Sénégalais de naissance, Rwandais par alliance et Pan-Africain dans l’âme. Que la terre lui soit légère. RIP Mambousso Thiam. »

Mustapha Njie, entrepreneur gambien, ami du défunt

 « Le décès de Mabousso Thiam du Sénégal vient d'être annoncé. Il est mon très proche ami et frère depuis plus de 25 ans. Il était humble, honnête, terre-à-terre avec un grand sens de l'humour. Il va sûrement beaucoup nous manquer. »

 

 

 

copyright www.intelligences.info

A SUIVRE AUSSI

0 commentaires

    Nom :
     

    Commentaire :