ALERTE COVID-19 : Amnesty demande aux laboratoires de mettre à disposition des pays à faible revenu « 50% des doses produites »
Le coin santé

Covid-19: pourquoi les femmes enceintes doivent être vaccinées

10/08/2021
Covid-19: pourquoi les femmes enceintes doivent être vaccinées


Au Sénégal, la grossesse ne constitue plus une contre-indication aux vaccins contre la covid-19. Dans une note d’information publiée lundi 9 août, et adressée aux responsables des structures de santé, le directeur de la prévention Mamadou Ndiaye a indiqué le ministère de la Santé et de l'Action sociale a levé la restriction qui jusque-là les visait. “Il est porté à la connaissance des destinataires de la présente que les précautions qui étaient préconisées chez les femmes enceintes au début de la vaccination sont actuellement levées", peut-on lire dans le document. 

Cette décision survient après que plusieurs pays ont également levé les restrictions visant cette cible de la population. Les responsables sanitaires brandissent les nombreux avantages qu’offre la vaccination des femmes enceintes car ces dernières sont susceptibles de développer des formes graves de la Covid surtout si elles souffrent de maladies sous-jacentes telles que l’hypertension artérielle ou encore le diabète, et pour celles qui  dans le cadre de leur profession,  sont en contact direct avec la maladie.

“Les femmes enceintes qui peuvent bénéficier le plus de la vaccination sont celles qui sont les plus exposées au risque de contracter la Covid-19, comme les soignantes en première ligne, les femmes vivant dans des zones où la transmission est élevée et celles souffrant de problèmes de santé, tels que l’hypertension artérielle et le diabète qui augmente le risque de forme grave.”, préconise l’Organisation mondiale de la santé (Oms) sur son site. Pourtant, au début de l’année, l’agence onusienne déconseillait encore  aux femmes enceintes de se faire vacciner à cause du manque de recul sur les conséquences que cela peut engendrer sur le fœtus. 

Par ailleurs, une récente étude publiée dans la revue Bjog, un journal international spécialisé dans l'obstétrique et de la gynécologie suggère que le taux d’accouchement par césarienne est plus élevé chez les femmes qui avaient contracté le virus au moment de l’accouchement en plus des complications maternelles relevées pendant la période postpartum. 

Fièvre, hypoxie et réadmission

L’étude s’est intéressée à 675 femmes enceintes et à terme. 10,4% étaient positives au coronavirus dont 78,6% asymptomatiques. D’après leur conclusion, les taux d’accouchement par césarienne étaient de 46,7% pour les symptomatiques et de 45,5% pour les asymptomatiques.  Il était de 30,9% pour celles qui ont été testées négatives. 12,9% des femmes enceintes covidées ont eu des complications post-partum telles que la fièvre, l’hypoxie et la réadmission. En comparaison, seules 4,5% des femmes négatives au coronavirus ont eu des complications postpartum. L’étude souligne également qu’aucune femme n’avait eu recours au respirateur et aucun décès ne s’est produit. A la naissance, 71 nourrissons ont été testés et tous étaient négatifs au virus. 

 

copyright www.intelligences.info

A SUIVRE AUSSI

0 commentaires

    Nom :
     

    Commentaire :