ALERTE COVID-19 : 02 nouveaux décès, 06 cas positifs enregistrés ce vendredi
Santé

Vaccin : pourquoi les scientifiques ont réussi avec la Covid-19 là où ils ont échoué avec le VIH

05/09/2021
Vaccin : pourquoi les scientifiques ont réussi avec la Covid-19 là où ils ont échoué avec le VIH


L’apparition en un temps record, non pas d’un, mais de plusieurs vaccins contre la Covid-19, pousse d’aucuns à se demander pourquoi la communauté scientifique ne s’est pas montrée aussi efficace avec le VIH. Certaines voix, soupçonneuses, invoquent même une logique commerciale; celui-là étant, selon eux, plus rentable que celui-ci.

La question est remontée à la surface mardi 31 août lorsque Johnson & Johnson a annoncé dans un communiqué avoir renoncé à poursuivre ses essais en Afrique pour trouver un vaccin contre le VIH.

En 2017 le groupe pharmaceutique américain avait lancé le programme Imbokodo qui concernait 2600 jeunes femmes (18-35 ans) dans cinq pays africains : le Malawi, le Mozambique, la Zambie, l’Afrique du Sud et le Zimbabwe. Le but était de trouver un vaccin contre le sida. Les résultats sont en-deçà des attentes. Johnson & Johnson a rapporté que le candidat vaccin a été toléré, mais son efficacité n’est que de 25%.

Réagissant à l’arrêt des essais, Pr Glenda Gray, virologue et présidente du Conseil sud-africain de la recherche médicale, partie prenante du programme Imbokodo, s’est dit déçue. Mais, elle a insisté sur la nécessité "de poursuivre le travail, afin de pouvoir comprendre qui dans cette étude était protégé et qui ne l’était pas, quel était leur profil immunitaire". "C’est indispensable pour pouvoir continuer le travail sur un vaccin contre le VIH", a-t-elle souligné.

Ensuite, la scientifique a expliqué à RFI, qui l’a interpellée sur le sujet, pourquoi un vaccin contre la Covid-19 a été trouvé en un temps record alors que depuis des décennies, la même efficacité n’a pas été rencontrée au sujet du VIH, qui touche 38 millions de personnes dans le monde dont une bonne partie en Afrique.

"Tout d’abord, a-t-elle d’abord signalée, de nombreuses personnes se remettent du coronavirus et donc vous pouvez étudier leur système immunitaire. Alors que personne n’a jamais guéri naturellement du VIH/sida. Et donc nous n’avons pas de bon modèle humain que nous pouvons étudier. Nous n’avons pas non plus de bon modèle animal qui pourrait nous aider à progresser dans la recherche."

Pr Gray a ajouté : "Surtout, le virus du VIH se multiplie et se transforme très rapidement, beaucoup plus vite que le coronavirus. Le virus du VIH change quasiment toutes les heures dans le corps humain. Et possède la capacité de se camoufler en altérant sa structure génétique. Donc il est très difficile de trouver un vaccin contre le VIH, beaucoup plus difficile que pour n’importe quel autre virus."

copyright www.intelligences.info

A SUIVRE AUSSI

0 commentaires

    Nom :
     

    Commentaire :