ALERTE COVID-19 : 02 nouveaux décès, 06 cas positifs enregistrés ce vendredi
Le coin santé

Covid long, l’autre fardeau de la maladie

16/09/2021
Covid long, l’autre fardeau de la maladie


Alors que la plupart des personnes atteintes du Covid-19 présentent des symptômes légers ou une maladie modérée, environ 10 à 15 % des cas évoluent vers une maladie grave, et environ 5 % évoluent vers une situation critique, selon l’Organisation mondiale de la Santé (OMS). Le Covid long ou Covid chronique ou syndrome post-Covid-19 est une forme persistante du coronavirus. Il empêche de nombreux malades de retrouver leur pleine capacité physique voire de reprendre leur activité professionnelle dans certains cas. D’après l’OMS, environ 10% des malades ressentent encore des symptômes trois mois après avoir été testé positif.

Quels sont les symptômes ?

Fatigue chronique, toux, congestion ou essoufflement, perte du goût ou de l’odorat, maux de tête, douleurs corporelles, diarrhée, nausées, douleur thoracique ou abdominale, confusion « brouillard de la COVID », sont les principaux symptômes relevés par l’OMS en cas de Covid long chez les patients.

Pour certaines personnes, les symptômes peuvent persister ou réapparaître pendant des semaines ou des mois après le rétablissement initial. Cela peut également se produire chez les personnes atteintes d’une maladie bénigne. A en croire l’OMS, les individus ne sont pas contagieux pendant cette période.

Des manifestations neurologiques persistantes ont également été observées chez des patients après une infection au Covid-19. Selon la Haute Autorité de Santé en France, parmi ces troubles du système nerveux, les maux de tête sont souvent évoqués par les malades.

De même des troubles cognitifs peuvent également survenir. Ils se traduisent par des « pertes de mémoire, des problèmes de concentration, un manque de clarté dans la pensée, des difficultés à réaliser deux tâches en même temps ou à trouver ses mots ».

Qui sont les patients à risque ?

Le Covid-19 peut entraîner une maladie prolongée et des symptômes persistants, y compris chez les jeunes adultes et chez les personnes qui n’ont pas ou peu d'antécédents de santé chroniques et qui n’ont pas été hospitalisées renseigne l’OMS.

« Ceux qui viennent consulter pour le Covid long sont actifs, jeunes, sans facteurs de risque particulier. Des femmes de 40 à 60 ans, des hommes de 30 à 50 ans », a expliqué le Dr Nicolas Barizien, chef du service de réadaptation fonctionnelle de l’hôpital Foch.

La Haute Autorité de santé en France a établi trois critères permettant de repérer les patients Covid long. Ces derniers ont présenté une forme symptomatique du Covid-19, présenté un ou plusieurs symptômes initiaux, 4 semaines après le début de la maladie. Enfin la HAS explique dans sa fiche qu’aucun de ces symptômes ne peut être expliqué par un autre diagnostic. 

Traitements et recommandations

Pour l'instant, il n'existe pas de traitement médicamenteux éprouvé et l'accent est mis sur la gestion des symptômes et l'augmentation progressive de l'activité.

Selon une étude menée au King's College de Londres  et publiée dans la revue médicale The Lancet, les vaccins anti-Covid réduisent le risque de développer un Covid long après l'infection. Les chercheurs affirment que la vaccination s'est avérée efficace pour prévenir la détérioration de l'état des personnes infectées, mais l'effet des vaccins sur la durée de l'infection n'a pas été confirmé au même degré.

L'étude a observé une diminution d'environ 50 % de la persistance des symptômes de Covid pendant plus de quatre semaines chez les personnes qui ont contracté le coronavirus malgré la prise de deux doses du vaccin. La plupart des personnes atteintes du Covid se rétablissent dans les quatre semaines, mais certaines présentent des symptômes pendant plusieurs semaines ou mois après les premières manifestations du Covid-19.

Les 4 P pour lutter contre l’épuisement

L’épuisement mental, physique ou moral est l’un des symptômes les plus fréquents du long Covid. Selon les recommandations de Milo Puhan, professeur en épidémiologie et Public Health à l’université de Zurich, les quatre P peuvent être utiles, visant à adapter les tâches quotidiennes : fixer des Priorités, Planifier, prévoir des Pauses, Positiver. Les quatre étapes suivantes sont tout aussi importantes:

  1. Prendre conscience de ses propres nouvelles limites: physiques, morales, sociales et émotionnelles.
  2. Fixer un signal d’alarme individuel dans chacun de ces domaines.
  3. Accepter ces limites telles qu’elles sont.
  4. Communiquer les limites et demander de l’aide.
copyright www.intelligences.info

A SUIVRE AUSSI

0 commentaires

    Nom :
     

    Commentaire :