bannière
bannière
ALERTE COVID-19 : La Tunisie Enregistre Son Premier Cas De Flurona
international

« La gabegie financière de notre pays nous a poussés à prendre nos responsabilités » (Mamadi Doumbouya)

16/11/2021
« La gabegie financière de notre pays nous a poussés à prendre nos responsabilités » (Mamadi Doumbouya)


Dans un entretien accordé à RFI, l’homme à la tête du pouvoir en Guinée depuis maintenant deux mois a justifié le putsch du 05 septembre renversant le président Alpha Condé.  « Les Guinéens ne se regardaient plus comme des frères. Ils se regardaient comme des adversaires politiques. La gabegie financière de notre pays nous a poussés à prendre nos responsabilités », a notamment dit le lieutenant-colonel Doumbouya.

Il estime que depuis plusieurs années, la Guinée a été confrontée à « des dysfonctionnements » de ses institutions, liés souvent à la tension sociopolitique du pays. Se disant non comptable du bilan décrié du régime de l’ex-président Condé, Doumbouya a rappelé que cela fait plus de dix ans qu’il a décidé « de laisser femme et enfants, par amour pour mon pays ». « J’ai laissé l’Occident pour venir servir mon pays », a-t-il confié.

« J’ai décidé tout seul de venir en Guinée. Et pour être clair avec vous, le professeur Alpha Condé qui a été président de la République de Guinée, on s’est vus deux fois. La première fois qu’on s’est vus, c’était le 2 octobre 2018 pendant les fêtes d’indépendance de la République de Guinée. Et après cela, on s’était vus dans une cérémonie lors d’un décès. Je pense que la loyauté était entre le pays et un homme… le choix est vite fait. Je pense que je n’étais pas venu pour servir un homme, mais j’étais venu pour servir la République de Guinée, et en tant que soldat, ma mission était de servir la République », a-t-il ajouté.

« Il faut qu’on soit en cohérence avec ce qu’on dit »

Concernant la durée de la transition et l’organisation d’élections transparentes, point de discorde entre la CEDEAO et les militaires au pouvoir, le lieutenant-colonel s’est voulu clair et sans ambages. « Je pense que j’ai été clair, et je vais l’être aujourd’hui encore avec vous : ni moi ni aucun membre de cette transition ne sera candidat à quoi que ce soit », a déclaré Mamadi Doumbouya. Nous allons mener la transition à bon port avec tous les Guinéens. « Nous allons partir de la base au sommet par les communales, après les législatives, la présidentielle pour permettre au président qui viendra après ne soit pas là à vouloir s’éterniser, car le peuple n’acceptera plus jamais qu’on personnalise la chose publique », a poursuivi le président de la transition.

Pour M. Doumbouya, c’est la durée de la transition qui doit être définie. Le chronogramme de la transition doit l’être aussi par l’organe législatif, ajoute-il. A l’en croire, toutes les composantes de la nation seront représentées au Conseil national de transition (CNT). « Le CNT pour nous est l’organe législatif qui pourra décider du chronogramme, c’est-à-dire faire le point, le diagnostic, à savoir les problèmes qu’on a, et comment trouver des remèdes à ces problèmes-là… parce que les problèmes sont connus, c’est la personnalisation de la chose publique », a insisté Mamadi Doumbouya.

 

 

 

 

 

 

 

 

copyright www.intelligences.info

A SUIVRE AUSSI

0 commentaires

    Nom :
     

    Commentaire :