ALERTE COVID-19 : Pas de festivités du Nouvel An à Rio de Janeiro cette année (Maire)
Santé

Près de la moitié de la population mondiale souffre d'une mauvaise nutrition (Rapport GNR)  

24/11/2021
Près de la moitié de la population mondiale souffre d


La malnutrition entraine des conséquences néfastes pour la santé mais aussi pour la planète, a fait savoir le Rapport mondiale sur la nutrition (Global nutrition report) publié mardi 23 novembre. D’après ce rapport annuel dont les données viennent d'organisations comme l'ONU, la FAO, l'OMS ou l'Unicef, 48% des humains mangent actuellement trop ou trop peu.

Le document qui vise à inspirer les gouvernements, les donateurs, les organisations de la société civile, les entreprises et autres à agir pour mettre fin à la malnutrition sous toutes ses formes estime que près de 150 millions d'enfants de moins de cinq ans souffrent d'un retard de croissance, plus de 45 millions sont émaciés et près de 40 millions en surpoids. Il révèle également que plus de 40% des hommes et femmes (2,2 milliards de personnes) sont en surpoids ou obèses.

« Les décès évitables, dus à une mauvaise alimentation, ont augmenté de 15% depuis 2010 » pour représenter aujourd'hui « un quart de tous les décès d'adultes », a déclaré à l'AFP la présidente du groupe d'experts indépendants du GNR, Renata Micha. A l’en croire, les résultats mondiaux montrent que « notre alimentation ne s'est pas améliorée au cours des dix dernières années et constitue désormais une menace majeure pour la santé des gens et pour la planète ».

Les régimes alimentaires ne se sont pas améliorés au cours de la dernière décennie

Les régimes alimentaires dans le monde sont loin d'être sains et ne se sont pas améliorés au cours de la dernière décennie. Selon le rapport, les populations ne consomment pas les quantités recommandées d'aliments bénéfiques pour la santé comme les fruits et les légumes. Les pays à faible revenu ont la plus faible consommation de ces aliments.

Les pays à revenu plus élevé sont ceux qui consomment le plus les aliments ayant des effets nocifs sur la santé comme la viande rouge, les produits laitiers et les boissons sucrées et ont les taux les plus élevés de personnes en surpoids. Le GNR a par ailleurs calculé que la demande alimentaire mondiale avait généré quelque 35% des émissions de gaz à effet de serre en 2018.

La note d’espoir dans ce rapport est que certains pays affichent des progrès prometteurs. Par exemple, sur les 194 pays évalués, 105 sont en bonne voie pour atteindre l'objectif de lutte contre le surpoids chez les enfants et plus d'un quart sont en bonne voie pour atteindre les objectifs de retard de croissance et d'émaciation.

Il doit y avoir un changement radical dans les efforts et les investissements financiers pour mettre fin aux mauvais régimes alimentaires et à la malnutrition, et obtenir les retours sociaux et économiques élevés que nous savons possibles, a indiqué le GNR. Il recommande également que les mauvais régimes alimentaires et la malnutrition soient traités de manière holistique et durable afin de créer un avenir sain pour tous. Enfin le GNR a insisté sur l’impératif d’avoir de meilleures données, une plus grande responsabilisation et un suivi systématique sont essentiels pour identifier les progrès nécessaires et garantir que nous restons sur la bonne voie.

copyright www.intelligences.info

A SUIVRE AUSSI

0 commentaires

    Nom :
     

    Commentaire :