bannière
bannière
ALERTE COVID-19 : 265 nouveaux cas positifs déclarés ce jeudi au Sénégal
international

Côte d’Ivoire : le gouvernement clarifie la tentative de saisie d’un avion ivoirien à Bamako

26/11/2021
Côte d’Ivoire : le gouvernement clarifie la tentative de saisie d’un avion ivoirien à Bamako


L’incident survenu sur le tarmac de l’aéroport de Bamako ressemble à une plaisanterie de mauvais goût. La tentative de saisie lundi 22 novembre 2021 d’un aéronef de la compagnie Air Côte d’Ivoire par Monsieur Oumar Diawara, est très mal appréciée par le gouvernement ivoirien. Il « marque sa surprise devant le déroulement de tels événements et rassure que toutes les dispositions sont prises pour préserver les intérêts de l’Etat et éviter que pareilles voies de faits ne se reproduisent. », lit-on dans un communiqué.

En effet, l’incident fait suite à la décision de la Cour de Justice de la CEDEAO condamnant l’Etat de Côte d’ivoire à payer à l’homme d’affaire malien, la somme d’un milliard deux cent cinquante millions de francs CFA en réparation de la violation de ses prétendus droits, a déclaré le porte-parole du gouvernement ivoirien dans un communiqué daté du 25 novembre 2021. Il ajoute que le gouvernement « tient, par ailleurs, à indiquer que M. Oumar Diawara est poursuivi devant  les juridictions nationales pour des faits de complicité d’abus de biens sociaux et de blanchiment de capitaux portant sur la somme de 15 milliards de francs CFA.

Cette procédure, dont le jugement est à venir, est consécutive à une plainte de l’Agent Judiciaire du Trésor (AJT) suite à une transaction réalisée en fraude des intérêts de l’Etat de Côte d’Ivoire, à travers la BNI, société d’Etat, et BNI GESTION, société à participation publique majoritaire. »

Selon le communiqué signé du porte-parole du gouvernement, ministre ivoirien de la communication, des médias et de la francophonie, Amadou Coulibaly, « M. Oumar Diawara ne s’est jamais présenté devant les juridictions nationales, se prévalant d’une qualité, celle de diplomate, qu’il n’a pas. S’agissant de la décision de la Cour de Justice de la CEDEAO prise en violation de ses droits, le Gouvernement entend user de toutes les voies de droit pour la contester. Il précise que « le Gouvernement met tout en œuvre pour préserver les intérêts de la Côte d’Ivoire dans le respect des Institutions Communautaires et de ses engagements Internationaux. »

Pour rappel, le 22 novembre, Oumar Diawara de nationalité congolo-malien a bénéficié d’une ordonnance de saisie en application de la décision rendue par la Cour de Justice de la CEDEAO basée à Abuja, dans le litige qui l’oppose à BNI Gestion. La Cour de Justice de la CEDEAO ordonne la restitution de 50 hectares de terrains confisqués en 2020 à Oumar Diawara sur décision du tribunal de première instance d’Abidjan, ainsi que de lui verser 1,3 milliard de Franc CFA au titre de dommages et intérêts. Maître Yvon Ibouanga, un des membres du collectif des avocats de l’homme d’affaires avait prévu qu’ils allaient passer à la phase de saisie des avoirs et biens de la Côte d’Ivoire à l’étranger au cas où Abidjan ferait fi de la décision rendue par l’instance commune aux 15 pays membres de la CEDEAO. 

 

copyright www.intelligences.info

A SUIVRE AUSSI

0 commentaires

    Nom :
     

    Commentaire :