bannière
bannière
ALERTE COVID-19 : La Tunisie Enregistre Son Premier Cas De Flurona
international

Sanctions de la CEDEAO contre le Mali : quel sort pour la Guinée ?

11/01/2022
Sanctions de la CEDEAO contre le Mali : quel sort pour la Guinée ?


Le Mali a fait l’objet de nouvelles sanctions par la CEDEAO. Réunis en sommet extraordinaire le dimanche 9 janvier à Accra au sujet du non-respect par la junte de l’échéance de février pour l’organisation des élections, les dirigeants de l’Afrique de l’ouest ont décidé de fermer les robinets au Mali. Des sanctions économiques contraignantes prises contre Bamako visant à le soumettre à la proposition d’un nouveau chronogramme autre que celui des 5 ans issus des assises nationales organisées il y a quelques jours.

Ces mesures jugées ‘’trop dures’’ avec effet immédiat dont les conséquences ne devraient pas tarder à se faire sentir. Déjà quelques heures après le verdict de l’organisation sous-régionale, la réaction des autorités maliennes a été vive sans tergiverser. Et Si la junte militaire au pouvoir en est arrivée à ce point, il convient d’avoir des inquiétudes pour le cas de Conakry.

Au pouvoir depuis le 5 Septembre 2021, la junte en Guinée égrène jour après jour le délai de 6 mois fixé par la CEDEAO pour une transition.  Et si le colonel Mamadi Doumbouya au pouvoir ne se sent pas encore inquiété outre mesure, c’est peut-être parce qu’il bénéficie de certaines circonstances atténuantes.  D’abord, la transition en cours à Conakry a le mérite d’être à forte majorité civile. Ce qui joue pour le moment en sa faveur. Ensuite, La Guinée est encore dans le temps record à lui accorder par les chefs d’Etats de la  communauté économique des Etats de l’Afrique de l’ouest pour l’organisation des élections. Mais cette bonne grâce ne saurait trop durer dans le temps.  

D’ailleurs, au lendemain du coup d'État en Guinée, la CEDEAO avait déjà suspendu la Guinée de ses instances et réclamé à coup de sanctions "légères" une transition courte de six mois. Ces sanctions visaient à geler les avoirs financiers des nouveaux dirigeants du pays et des membres de leurs familles ainsi que les interdictions de voyager hors du territoire guinéen. Des mesures semblables à celles infligées à la junte Malienne à un moment donné. 

En cas de non-respect du délai accordé par la CEDEAO, la Guinée pourrait subir des sanctions aussi ‘’dures’’ que celles du Mali. Les conséquences de cette inaction pourraient être plus amères que celles que son voisin s’apprête à vivre.

 

 

copyright www.intelligences.info

A SUIVRE AUSSI

0 commentaires

    Nom :
     

    Commentaire :