ALERTE : États-Unis : Joe Biden se rendra mardi à Buffalo après une tuerie « raciste » qui a fait dix morts
international

Côte d’Ivoire : Le dialogue politique a repris ce jeudi

20/01/2022
Côte d’Ivoire : Le dialogue politique a repris ce jeudi


Le porte-parole du gouvernement, Amadou Coulibaly a salué mercredi 19 janvier 2022 à Abidjan, la participation des partis de l’opposition à la fourniture de termes de références (TDR), pour la reprise du dialogue politique prévu ce jeudi 20 janvier 2022.

 « Je voudrais saluer la participation de l’opposition à la fourniture des termes de références tels que cela a été demandé par le ministère de l’Intérieur afin de permettre que ce dialogue soit mieux structuré en prenant en compte leurs propositions », a déclaré M. Coulibaly dans son compte rendu du conseil des ministres.

La récente sortie du procureur Richard Adou, mettant en cause plusieurs responsables de l’opposition dans les violences liées à l’élection controversée d’Alassane Ouattara pour un troisième mandat, avait suscité un malaise. Dans une déclaration commune, le PDCI et le PPA-CI déclaraient se poser des questions sur « la sincérité du dialogue politique initié par le gouvernement ».

Les représentants de ces principaux partis ont cependant annoncé qu’ils participeront aujourd’hui à la reprise du dialogue. « Le dialogue politique aura lieu (demain jeudi) et personne pour le moment n’a dit qu’il ne participerait pas », a affirmé M. Coulibaly pour couper court à certaines rumeurs faisant état d’un certain boycott de cette rencontre par l’opposition.

Ce matin, la presse n’était pas conviée à l’ouverture des discussions. Pour le porte-parole du gouvernement, « ailleurs, dans les démocraties, ceux qui sont au pouvoir gouvernent, et ceux qui sont dans l’opposition, s’opposent, mais la Côte d‘Ivoire qui a sa particularité dont le chef de l’Etat tient à sa cohésion, a créé ce cadre de concertation qui se réunit régulièrement sous la conduite actuelle du Premier ministre Achi Patrick. C’est un cadre de concertation, c’est une opportunité que chaque partie politique a su saisir ».

Il y a longtemps que les partis politiques demandent notamment une réforme en profondeur de la Commission électorale et de la loi électorale, voire l’adoption d’une nouvelle Constitution. C’est en tout cas officiellement le souhait de Simone Gbagbo qui regrette de ne pas avoir été conviée au dialogue politique, en tant que représentante de son nouveau « Mouvement pour les générations capables ».

Le dialogue politique arrêté un moment a repris le 16 décembre dernier.

copyright www.intelligences.info

A SUIVRE AUSSI

0 commentaires

    Nom :
     

    Commentaire :