ALERTE : L’Otan lance la ratification pour les adhésions de la Suède et de la Finlande
Derniere minute

Sécheresse : Il est urgent d’accélérer son atténuation, en utilisant tous les outils possibles, alerte la CNUCLD

16/05/2022
Sécheresse : Il est urgent d’accélérer son atténuation, en utilisant tous les outils possibles, alerte la CNUCLD


Le nouveau rapport sur la sécheresse 2022, de la Convention des Nations Unies sur la lutte contre la désertification (CNULCD) a été publié pour marquer la Journée de la sécheresse lors de la 15e Conférence des Parties qui se tient à Abidjan du 09 au 20 mai 2022. Le rapport appelle à un engagement mondial en faveur de la préparation et de la résilience à la sécheresse dans toutes les régions du monde, en tant que priorité absolue.  

Selon Ibrahima Thiaw, secrétaire exécutif de la CNUCLD, « les faits et les chiffres de cette publication pointent tous dans la même direction : une trajectoire ascendante de la durée des sécheresses et de la gravité des impacts, affectant non seulement les sociétés humaines mais aussi les systèmes écologiques dont dépend la survie de toute vie, y compris celle de notre propre espèce ».

Ce rapport de la CNULCD révèle que « depuis 2000, le nombre et la durée des sécheresses ont augmenté de 29%, que de 1970 à 2019 les aléas météorologiques, climatiques et hydriques ont représenté 50% des catastrophes et 45% des décès liés aux catastrophes, principalement dans les pays en développement, de même que les sécheresses représentent 15% des catastrophes naturelles. De plus elles ont causé le plus grand nombre de victimes humaines, soit environ 650.000 décès entre 1970 et 2019 ».

De 1998 à 2017, les sécheresses ont causé des pertes économiques mondiales d'environ 124 milliards de dollars. En 2022, plus de 2,3 milliards de personnes sont confrontées au stress hydrique. Près de 160 millions d'enfants sont exposés à des sécheresses graves et prolongées, indique le rapport.

D’après le secrétaire de la CNULCD « nous sommes à la croisée des chemins », notant l’impérieuse nécessité de s’orienter vers les solutions plutôt que de poursuivre les actions destructrices, en croyant que des changements marginaux peuvent guérir l’échec systémique.

Pour lui, « l’une des meilleures et plus cohésive solution est la restauration des terres, qui tient compte de nombreux facteurs sous-jacents à la dégradation des cycles de l’eau et à la perte de fertilité du sol. Nous devons mieux construire et reconstruire nos paysages, imiter la nature dans la mesure du possible et créer des systèmes écologiques fonctionnels », a ajouté M. Thiaw.

 

copyright www.intelligences.info

A SUIVRE AUSSI

0 commentaires

    Nom :
     

    Commentaire :