bannière
bannière
ALERTE COVID-19 : La Tunisie Enregistre Son Premier Cas De Flurona
Le coin santé

Zoom sur la fièvre de Lassa : l’épidémie qui fait rage au Nigéria et qui menace le Sénégal

09/02/2018
Zoom sur la fièvre de Lassa : l’épidémie qui fait rage au Nigéria et qui menace le Sénégal


Au Nigéria la fièvre de Lassa a déjà fait 21 morts.  La population est en état d’alerte depuis le début de l’année face à cette épidémie qui a enregistré 77 cas de malades contaminés, selon l’Afp. Mais la fièvre de Lassa c’est quoi exactement? Intellinges.info vous propose un focus sur cette maladie dont les symptômes s’apparentent à ceux de l’Ebola.

Le virus à l’origine de la fièvre de Lassa a été identifié en 1969. Il s’agit d’un virus à ARN simple brin appartenant à la famille des Arenaviridae. Selon l’Oms, la fièvre de Lassa est une fièvre hémorragique virale aiguë d’une durée d’une à quatre semaines qui sévit en Afrique occidentale. Son virus de Lassa se transmet à l’homme par contact avec des aliments ou des articles ménagers contaminés par l’urine ou les excréments de rongeurs. L’organisation a fait savoir que l’épidémie est présente au Bénin, au Ghana, en Guinée, au Libéria, au Mali, en Sierra Léonne et au Nigéria. Mais elle estime qu’elle pourrait être présente dans d’autres pays de l’Afrique occidentale. D’après l’Oms, la durée d’incubation varie de 2 à 21 jours. Quand la maladie est symptomatique, le début des manifestations cliniques est en général progressif, avec de la fièvre, une faiblesse généralisée et un mauvais état général. Après quelques jours, les malades peuvent présenter des céphalées, une irritation de la gorge, des myalgies, des douleurs thoraciques, des nausées, des vomissements, des diarrhées, une toux et des douleurs abdominales. Le processus de transmission se fait en général par l’exposition de l’homme à l’urine ou aux excréments de rats Mastomys infectés. Mais le virus peut également se transmettre d’homme à homme par contact direct avec le sang, l’urine, les excréments ou autres secrétions organiques d’une personne contaminée etc. Pour prévenir la maladie, l’Oms recommande une bonne hygiène communautaire afin d’éviter l’introduction des rongeurs dans les lieux d’habitation. « Parmi les mesures efficaces, on citera la conservation des céréales et plus généralement des denrées alimentaires dans des contenants résistant aux rongeurs, l'élimination des ordures loin des habitations, le maintien de la propreté à l'intérieur de celles-ci et la présence de chats », renseigne l’Oms

 

copyright www.intelligences.info

A SUIVRE AUSSI

0 commentaires

    Nom :
     

    Commentaire :