Jumeaux siamois, de quoi s’agit-il ? Comment les séparer ? Quels sont les risques ? Les explications du Pr Gabriel Ngom, chef du service chirurgie à l’hôpital d’enfants Albert Royer de Fann
Après la réussite d’une intervention chirurgicale délicate qui a consisté à séparer des jumelles siamoises Adja et Sophie à l’hôpital d’enfants Albert Royer de Fann, l’équipe a fait face à la presse ce matin pour expliquer leur travail. Entretien avec le chirurgien en chef

Jumeaux siamois, de quoi s’agit-il ? Comment les séparer ? Quels sont les risques ? Les explications du Pr  Gabriel Ngom, chef du service chirurgie à l’hôpital d’enfants Albert Royer de Fann


Combien de cas de jumeaux siamois a-t-on dénombré au Sénégal ? On sait qu’une première chirurgie du genre avait été réussie il y a quinze ans à l’hôpital Aristide Le Dantec.

Durant toute ma pratique je n’ai rencontré que dix cas de jumeaux siamois, mais malheureusement, à part les deux cas que nous avons réussi à sauver, les autres n’ont pas survécu.  Ce sont les deux cas qui ont bénéficié d’une intervention chirurgicale

Qu’est-ce qui a permis la réussite de cette opération ?

Ce qui a permis la réussite de cette opération, c’est surtout le fait qu’il y a eu une bonne planification avant l’intervention.Tous les acteurs qui devraient être impliqués pour la réussite de cette intervention chirurgicale ont été impliqués. Les radiologues nous ont aidé à localiser les organes par lesquels les siamoises étaient unies, les néonatologies, les anesthésistes qui doivent anesthésier les enfants, les chirurgiens qui doivent opérer les siamoises. Tout ce beau monde a été mis à contribution avant l’intervention chirurgicale et on a régulièrement tenu des réunions de coordination pour planifier cette opération. Nous avons également eu l’appui de la direction de l’hôpital parce qu’on voulait opérer les jumelles la semaine d’avant mais nous avons rencontré des problèmes techniques et la directrice de l’hôpital nous a aidé à trouver des solutions à ces problèmes. Il y a eu également le concours de tout le monde, de tout le personnel médical et paramédical qui a donné tout ce qu’il fallait pour la réussite de l’intervention chirurgicale. Nous sommes allés dans d’autres structures, aussi,  pour chercher du matériel qui nous faisait défaut. C’est tout cela qui a contribué à faire de l’anesthésie et de la chirurgie une réussite.

Les sœurs qui viennent d’être opérées peuvent-elles vivre normalement ?

Les siamoises Adja et Sophie ont tous les organes en place. Il n’y a pas de raisons pour qu’elles ne puissent pas vivre comme les enfants qui sont nés sans malformation. Elles peuvent donc parfaitement vivre pendant très longtemps parce que tous les organes sont présents.

Faut-il un suivi particulier ?

Oui. Il faut les suivre pour s’enquérir de leur croissance. L’une des jumelles a une petite malformation cardiaque.  Et elle a été détectée par le cardiologue de l’hôpital pour enfants Albert Royer. Je pense que ce cardiologue va continuer à suivre ce cas. Mais ce n’est pas une malformation incompatible avec la vie. Il faut aussi rappeler que la malformation cardiaque a été détectée avant l’opération.

Quelle est la cause de cette malformation ?

La cause n’est pas connue. En revanche, on sait que la malformation survient entre la deuxième et la troisième semaine de la grossesse. Et ce sont des anomalies de séparation. Normalement ce sont des jumelles qui devaient naitre séparément, mais entre la deuxième et la troisième semaine, il y a eu des évènements qui se sont passés et qui ont fait que cette séparation n’a pas eu lieu. Mais on ne connait pas la cause exacte.

Quand cette anomalie peut-t-elle être détectée ?

Quand l’embryon devient un fœtus, on peut commencer à diagnostiquer les siamois grâce à l’échographie obstétricale

Avez-vous été averti par l’hôpital de Pikine avant ou après la naissance des jumelles afin de mieux préparer l’intervention ?

Pikine nous a avert mais après la naissance des jumelles. La maman a eu plusieurs échographies et les deux premières échographies montraient que c’était un seul enfant. La malformation a été diagnostiquée à Pikine.

Peut-on avoir une idée du coût de cette opération ?

Ces enfants siamois sont des cas sociaux. L’opération n’a pas été payée. Mais ailleurs, c’est une intervention qui coûte extrêmement chère. Ici, comme c’est un hôpital public, ce sont des  prix sociaux qui sont appliqués. Je pense donc que l’intervention ne dépassera pas 500 000 francs cfa

 


copyright www.intelligences.info | 20/12/2018

Commentaires (0)

Nom :
 

Commentaire :




Présidentielle 2019 : L’appel de l’Eglise aux politiques
Présidentielle 2019 : L’appel de l’Eglise aux politiques
Le rappeur américain Chris Brown et deux de ses proches interpellés et placés en garde à vue à Paris
Le rappeur américain Chris Brown et deux de ses proches interpellés et placés en garde à vue à Paris
Présidentielle 2019 : l’appel du Cadre unitaire de l’islam au Sénégal
Présidentielle 2019 : l’appel du Cadre unitaire de l’islam au Sénégal
La RDC attend l’investiture de Félix Tshisekedi
La RDC attend l’investiture de Félix Tshisekedi
Présidentielle 2019 : la carte électorale dévoilée d’ici à jeudi
Présidentielle 2019 : la carte électorale dévoilée d’ici à jeudi
Le Forum économique de Davos s’ouvre sans Trump, Macron et May
Le Forum économique de Davos s’ouvre sans Trump, Macron et May
Traité d
Traité d'Aix-la-Chapelle: l'amitié franco-allemande franchit un nouveau cap
Soulèvement militaire contre Maduro : plus de 20 soldats arrêtés
Soulèvement militaire contre Maduro : plus de 20 soldats arrêtés
Football : L’attaquant du FC Nantes Emiliano Sala disparu en mer à bord d’un avion
Football : L’attaquant du FC Nantes Emiliano Sala disparu en mer à bord d’un avion
Valorisation des déchets : le Canada finance une usine de compostage
Valorisation des déchets : le Canada finance une usine de compostage
Copyright © 2019 - Intelligences Info
Contact: info@intelligences.info