société
Journée mondiale de l’eau : L’OMVS annonce un projet de 475 millions d’euros à Saint-Louis
22/03/2019
Journée mondiale de l’eau : L’OMVS annonce un projet de 475 millions d’euros à Saint-Louis


Dans le cadre de la célébration de la journée mondiale de l’eau ce 22 mars 2019, le Haut-Commissaire de l’OMVS (Organisation pour la mise en valeur du fleuve Sénégal) M. Hamed Diane Séméga a convié la presse à une séance d’information et d’échanges sur les perspectives de la coopération autour de la gestion du fleuve Sénégal, entre la Guinée, le Mali, la Mauritanie et le Sénégal.

A l’occasion de cette rencontre qui s’est tenue au siège de l’organisation à Dakar, le Haut-commissaire en a profité pour rappeler les grands projets structurants qui permettent de maitriser les eaux du fleuve, pour les mettre au service du développement économique du bassin : le barrage de Diama pour le développement agricole, le barrage de Manantali, qui sert à améliorer les capacités d’irrigation au niveau de la vallée, le barrage de Félouau Mali et le barrage de Gouina qui est en construction, et plus tard le barrage hydraulique de Koukoutamba qui est le plus gros barrage qui va être réalisé sur le fleuve.

Des aménagements qui ont pour objectif de maitriser les ressources des eaux du fleuve Sénégal, selon le Haut-Commissaire, pour permettre le développement du bassin. Des programmes sont aussi conçus pour permettre de lutter contre la dégradation de l’environnement climatique. Diane Séméga a aussi annoncé la mise en place de projet de navigation qui va permettre d’aménager un port fluviomaritime à Saint-Louis d’un cout de 475 millions d’euros. Une infrastructure qui va permettre d’aménager le chenal long de 905 kilomètres, et qui va de l’embouchure du fleuve à Saint-Louis à Ambidédi (Mali).

« Il s’agit d’aménager un port fluviomaritime à Saint-Louis, et un port fluvial à Ambidédi. Et entre les deux, des escales en Mauritanie et au Sénégal. Ce projet va véritablement servir de levier pour améliorer de façon significative la quantité et la qualité des échanges, mais surtout par rapport à Saint-Louis, qui va avoir à la fois un port de pêche moderne, un port de présence, mais surtout le port qui va à mon sens, désenclaver beaucoup plus le Mali, qui va disposer d’une façade maritime qu’il n’a pas », informe le Haut-Commissaire.

Les 475 millions d’euros du projet seront mobilisés à travers un financement d’Eximbank de l’Inde, après avoir reçu l’instruction du conseil des ministres de l’OMVS d’étudier sa mise en œuvre.

La question de la modélisation de la brèche de Saint-Louis a aussi été prise en charge à travers un financement de la Banque Mondiale, pour que la brèche soit aménagée pour le passage des bateaux. La stabilisation de la brèche reste un objectif central au niveau de l’organisation, assure le Haut-Commissaire.

L’OMVS qui regroupe quatre pays dont le Sénégal, le Mali, la Mauritanie et la Guinée, est une organisation qui a 47 ans, d’où la nécessité d’une réforme institutionnelle selon son Haut-Commissaire. Hamed Diane Séméga annonce une modernisation des structures de l’organisation à travers la création de quatre sociétés par activité, et un besoin d’assurer l’autofinancement du système. Un système selon lui qui ne peut plus reposer sur le financement des Etats, et un endettement de plus en plus lourd. Un rapport pour des réformes à travers d’outils nouveaux a été soumis au Conseil des ministres.

copyright www.intelligences.info

A SUIVRE AUSSI

0 commentaires

    Nom :
     

    Commentaire :