A la une Santé

L’Afrique appelle à un nouvel ordre de santé publique

Ahmed Ogwell Ouma, directeur par intérim d'Africa CDC, a pris la parole lors de la réunion du Conseil exécutif de l'UA

La Commission de l’Union africaine et les Centres africains de contrôle et de prévention des maladies (Africa CDC) ont, à travers un communiqué publié ce vendredi 30 septembre 2022, appelé les gouvernements, les organisations multilatérales, les philanthropies, le secteur privé et les organisations de la société civile, pour soutenir la mise en œuvre intégrale du nouvel ordre de santé publique en Afrique afin de favoriser la sécurité sanitaire mondiale. La demande de soutien a été faite lors d’une série d’événements menant à la 77e Assemblée générale des Nations Unies.

Le nouvel ordre de santé publique pour l’Afrique est une feuille de route vers des résultats sanitaires durables et la sécurité sanitaire. Il est défini par cinq piliers :

1.        Des institutions africaines de santé publique fortes qui représentent les priorités africaines dans la gouvernance mondiale de la santé et qui stimulent les progrès sur les indicateurs de santé clés ;

2.        Développement de la fabrication de vaccins, de diagnostics et de produits thérapeutiques pour démocratiser l’accès aux médicaments et équipements vitaux ;

3.        Investissement dans les programmes de personnel et de leadership en santé publique pour s’assurer que l’Afrique dispose du personnel dont elle a besoin pour faire face aux menaces sanitaires ;

4.        Augmentation de l’investissement national dans la santé, y compris la mobilisation nationale des ressources financières, du capital humain, des ressources techniques et des réseaux ; et

5.        Des partenariats respectueux et orientés vers l’action pour faire progresser la fabrication de vaccins, le développement des personnels de santé et des institutions de santé publique solides.

Appel au renforcement des institutions africaines de santé publique

Les dirigeants africains ont appelé à un soutien pour renforcer les institutions de santé publique de l’Afrique, y compris le CDC Afrique qui a dirigé la coordination de la réponse à la pandémie en Afrique, contribuant ainsi à réduire considérablement les pertes de vies pendant le COVID-19.

« Pour atteindre [ses objectifs de santé publique], l’Assemblée de l’Union africaine en février 2022 a accordé à Africa CDC l’autonomie pour pouvoir remplir son mandat, en aidant les États membres à atteindre la souveraineté sanitaire », a déclaré le président de l’Union africaine, Moussa Faki. « Mais Africa CDC ne peut à lui seul relever ce défi », a-t-il ajouté.

« Si vous ne disposez pas d’institutions de santé publique solides avant une urgence, lorsque l’urgence survient, peu importe le nombre de ressources dont vous disposez. Vous aurez encore du mal », a déclaré le Dr Ahmed Ouma, directeur par intérim des Centres africains de contrôle et de prévention des maladies.

Appel à soutenir la fabrication de vaccins en Afrique

Les dirigeants ont également appelé tous les mécanismes d’achat de vaccins, tels que l’Alliance mondiale pour la vaccination et l’immunisation (GAVI), à acheter au moins 30 % de leurs vaccins auprès de fabricants en Afrique. Alors que l’Afrique produit actuellement 1 % de ses vaccins couramment utilisés, elle s’est fixé l’objectif audacieux de satisfaire jusqu’à 60 % de sa demande de vaccins grâce à la fabrication régionale d’ici 2040. En s’engageant explicitement à retirer les vaccins d’Afrique, les mécanismes d’achat de vaccins peuvent investissement du secteur privé dans la fabrication de vaccins.

Appel à soutenir le développement des personnels de santé

Le développement des personnels de santé était un autre objectif important. Selon l’OMS, l’Afrique a actuellement un ratio de 1,55 agents de santé (médecins, infirmières et sages-femmes) pour 1 000 personnes. Ce chiffre est inférieur au seuil de densité de l’OMS de 4,45 agents de santé pour 1 000 personnes nécessaires pour fournir des services de santé essentiels et atteindre la couverture sanitaire universelle.

« Les agents de santé sont un pilier essentiel d’un système de santé qui fonctionne bien. Pourtant, ils ont été historiquement dépriorisés dans les discussions sur l’amélioration des systèmes de santé », a déclaré le président Cyril Ramaphosa dans une déclaration lue en son nom par le ministre sud-africain de la Santé, le Dr Joe Phaahla. « C’est une bonne économie d’investir dans le personnel de santé car le rendement est mesurable et fiable », a-t-il ajouté.

Commentaires

Cliquez ici pour publier un commentaire