A la une International

Sommet des dirigeants États-Unis/Afrique : l’administration Biden exclut les régimes non démocratiques.

Le président des États-Unis Joe Biden, à la Maison Blanche, lors de l'ouverture du Sommet de la Démocratie, le 9 décembre 2021. AP - Susan Walsh

Ce mardi 13 décembre, s’ouvre à Washington le sommet « US-Africa Leaders’ summit » qui réunira pendant trois jours à Washington 49 des 55 pays de l’Union africaine invités à cette rencontre.

« Le principal critère retenu par la Maison Blanche était d’inviter tous les pays membres de l’Union africaine, sauf ceux qui sont sous sanctions de l’Union africaine tels les régimes militaires du Soudan, du Mali, du Burkina Faso et de la Guinée-Conakry.  A ces quatre s’ajoutent les deux pays qui n’ont pas de relations diplomatiques avec les États-Unis, notamment l’Érythrée et le Sahara occidental », explique Christopher Fomunyoh directeur de l’équipe chargée de l’Afrique centrale et de l’Ouest au sein du think tank américain National Democratic Institute.

Après le dernier sommet mondial virtuel sur la démocratie, organisé par les États-Unis en décembre 2021, auquel seulement 18 pays Africains avaient été invités, le président américain souhaite une participation plus ouverte pour ce sommet afin de pouvoir interagir avec un plus grand nombre de ses pairs africains et ainsi combler le vide laissé par son prédécesseur Donald Trump, tout en démontrant par là le poids qu’il attribue à l’Afrique dans sa politique étrangère à lui. J’imagine qu’il cherchera à réactiver une coalition pro-démocratie au niveau africain, comme il tente de le faire sur d’autres continents aussi.

Au programme, des panels interactifs avec le secteur privé, les décideurs, les experts et autres dans des domaines spécifiques tels que l’économie, le commerce, la sécurité et la défense, l’agriculture, et le rôle de la diaspora, pour ne citer que ceux-là. Et les panels ont été bien ciblés pour tenir compte des expériences réelles des pays ou des chefs d’État présents. La grande finale sera bien sûr la plénière de jeudi avec Joe Biden et les chefs d’État africains, suivie du dîner à la Maison Blanche.