Environnement Flash

Les conditions météorologiques extrêmes ont coûté 2 millions de vies en 50 ans

Plus de deux millions de morts et 4.300 milliards de dollars de pertes économiques, tel est l’impact d’un demi-siècle de phénomènes météorologiques extrêmes amplifiés par le réchauffement climatique d’origine humaine, a déclaré lundi 22 mai l’Organisation météorologique mondiale (OMM).

Selon l’OMM, les risques liés au temps, au climat et à l’eau ont provoqué près de 12.000 catastrophes entre 1970 et 2021. Les pays en développement ont été les plus durement touchés, avec neuf décès sur dix et 60% des pertes économiques dues aux chocs climatiques et aux conditions météorologiques extrêmes. 

L’organisation onusienne a indiqué que les pays les moins avancés et les petits États insulaires en développement subissaient un coût « disproportionné » par rapport à la taille de leur économie.

« Les communautés les plus vulnérables sont malheureusement les plus touchées par les aléas météorologiques, climatiques et hydriques », a déclaré le Secrétaire général de l’OMM, Petteri Taalas.

Dans les pays les moins avancés, l’OMM a indiqué que plusieurs catastrophes survenues au cours des cinquante dernières années avaient entraîné des pertes économiques représentant jusqu’à 30% du produit intérieur brut (PIB).

Dans les petits États insulaires en développement, une catastrophe sur cinq a eu un impact « équivalent à plus de 5% » du PIB, certaines catastrophes ayant anéanti la totalité du PIB du pays.

L’Asie a enregistré le plus grand nombre de décès dus à des phénomènes météorologiques, climatiques et hydrologiques extrêmes au cours des 50 dernières années, avec près d’un million de morts, dont plus de la moitié pour le seul Bangladesh.

En Afrique, l’OMM a indiqué que les sécheresses étaient à l’origine de 95% des plus de 733.000 décès attribués aux catastrophes climatiques.

Commentaires

Cliquez ici pour publier un commentaire