Flash International

Burkina Faso : Les députés de la transition adoptent la loi portant institution des Volontaires pour la défense de la patrie (VDP)

Les députés de l’Assemblée législative de transition (ALT) ont adopté, ce samedi 17 décembre 2022, et à l’unanimité, la loi amendée portant institution des Volontaires pour la défense de la patrie (VDP). Une révision qui vise à prendre en compte les réalités actuelles en matière de sécurité. La loi contient 21 articles répartis en cinq chapitres.

Selon le président de la Commission des affaires générales, institutionnelles et des droits humains (CAGIDH), « La loi existait depuis (janvier) 2020. Mais compte tenu du contexte actuel, il était devenu nécessaire de la revoir parce qu’elle ne prenait pas en compte l’ensemble du territoire ; c’étaient quelques communes et villages qui s’organisaient en VDP. Il est donc devenu important de l’ouvrir à l’échelle nationale. C’est cet amendement que les honorables ont pris en compte ce matin, et ont donné l’onction au gouvernement », a rappelé Bangré Levis Ouédraogo, insistant sur l’enjeu de l’amendement.

Avant l’adoption, les députés ont soulevé quelques préoccupations de fond et de forme. Des intervenants ont posé le sujet de la prise en charge des VDP malades pour autres causes que des blessures de guerre. « Cela est un problème. Aussi, la famille du VDP ne reçoit de l’aide qu’après sa mort. Pourtant, avec la situation dans leurs zones, les VDP ne peuvent plus cultiver. Les 60 000 francs qu’ils vont recevoir, c’est dans ça qu’ils doivent mettre le carburant pour les déplacements, pour se nourrir et gérer leur famille, rapporte le site d’information le faso.net.

Certains ont demandé que le décret d’application puisse rapidement suivre pour permettre une opérationnalisation effective de la loi. D’autres ont souhaité la mise en place d’un dispositif de prise en charge psychologique des VDP et des enquêtes de moralité poussées pour connaître la qualité des hommes et femmes recrutés. Des députés ont également demandé si les policiers et militaires radiés en 2011 ne pouvaient pas être pris en compte avec des enquêtes de moralité au préalable, dans ce dispositif des VDP.