A la une Economie

En une année d’exploitation, le TER a-t-il atteint son objectif de rentabilité ?

« A la mise en service de la phase 1, le TER transportera jusqu’à 115 000 passagers par jour et desservira 13 gares et haltes entre la banlieue de Dakar, et la nouvelle ville de Diamniadio ». C’est ce qu’on peut lire sur le site de l’Agence de Promotion des Investissements (APIX-SA), maitre d’ouvrage des projets. Des chiffres, relayés en boucle par les autorités, au moment de la mise en service du TER.

Seulement voilà, une année après la mise en place de ce projet dont le coût reste encore un sujet à polémique, les chiffres montrent que cette barre de 115000 passagers quotidiens est loin d’être atteint. En effet, 17 millions de personnes ont été transportées à ce jour selon les chiffres officiels communiqués à l’occasion de l’an 1 de sa mise en circulation, ce qui ramène à 47000, le nombre de passagers quotidiens, soit à peine 40% de la capacité maximale de l’appareil.

Mais selon le Directeur de la Société nationale de gestion du patrimoine du TER (SENTER) réalise 60 millions de francs CFA de recettes journalières et aurait largement atteint ses objections d’exploitations.

Cette rentabilité est liée selon lui, à l’économie générée par la fluidité du trafic à Dakar, s’appuyant sur une étude de la Banque mondiale démontrant une perte annuelle de 100 milliards de francs CFA liée aux embouteillages dans la capitale sénégalaise. ’’Donc, rien que le fait de ne rien faire, le coût de l’inaction pendant six, sept ans, finance le TER et contribue à prouver sa viabilité économique’’, a argumenté le DG de la SENTER dans un entretien accordé à l’APS, il y’a quelques jours.

Pour l’instant, le train semble être plébiscité par les dakarois. Une deuxième phase est actuellement en cours d’exécution reliant la ville de Diamniadio à l’aéroport international Blaise Diagne de Dakar (AIBD), soit 19 km. Un tronçon qui devrait être opérationnel en décembre 2023.

error: Content is protected !!