A la une International

La Cedeao a décidé de prendre des “sanctions progressives” contre la Guinée

Les dirigeants ouest-africains ont décidé d’infliger des « sanctions progressives » à la junte guinéenne à la tête du pays à cause de la lenteur du retour des civils au pouvoir. La décision est survenue lors du sommet extraordinaire de la Cedeao qui s’est tenu jeudi 22 septembre en marge de l’assemblée générale de l’ONU à New York. 

« Nous avons décidé de prendre des sanctions contre la Guinée », lit-on dans la déclaration signée par le président de la commission de la Cédéao, Omar Aliou Touray. « Très rapidement, le président en exercice de la Cedeao et le président de la commission de la Cedeao vont établir une liste de personnes à sanctionner et, de manière graduelle, appliquer ces sanctions », informe le texte.

Selon le communiqué issu de la rencontre, la Guinée va faire l’objet de « sanctions graduelles au niveau diplomatique, économique et financière ». Ces sanctions comprennent « la suspension de toute assistance et transaction financière en faveur de la Guinée par les institutions financières » de la Cédéao ainsi que des sanctions « ciblées à l’encontre des personnes et groupes de personnes » figurant sur une liste déjà établie. Les dirigeants de la Cédéao ont menacé les autorités guinéennes « de sanctions plus sévères » si elles n’acceptaient pas un délai de transition plus raisonnable de 24 mois contre les 36 voulu par la junte.