International

Une dizaine de militaires tués dans une attaque dans la région du lac Tchad

A picture taken on January 27, 2015 shows Chadian soldiers watching as a UN vehicle from a United Nations' refugee agency (UNHCR) convoy crosses a branch of lake Chad, heading to the UNHCR camp in N'Gouboua, in Chad's Lake Chad region. Since the beginning of January more than 14,000 people have fled over the Nigerian border into Chad to escape the bloody attacks by Islamist group Boko Haram around Baga, according to Mamadou Dian Balde, of the UN's refugee agency. AFP PHOTO/ SIA KAMBOU / AFP PHOTO / SIA KAMBOU

Une nouvelle attaque terroriste a couté la vie à une dizaine de soldats. L’attaque perpétrée ce mardi dans la région du lac Tchad est attribuée aux groupes Boko Haram et État islamique en Afrique de l’Ouest.

Informée de la présence des groupes terroristes dans la région, la junte a déployé 600 soldats la semaine dernière, selon Jean-Bernard Padaré, ministre d’État, conseiller à la présidence de la république du Tchad. Il poursuit que « c’est un dernier soubresaut » des terroristes auxquels le président de la transition avait lancé le défi d’incapacité de s’attaquer aux casernes.

Alors qu’un détachement de 150 soldats ratissait sur une île, les terroristes ont surgi. Nonobstant, la riposte a été sanglante selon l’information gouvernementale.

Le ministre dénonce le silence de la communauté internationale dans cette lutte que mène son pays seul. « Nous finançons sur fonds propres cette lutte qui est une lutte mondiale. Ce n’est pas une lutte propre au Tchad. », a-t-il souligné. « Le Tchad est le pays de front et nous luttons pour protéger les autres pays mais sans être aidés », a-t-il ajouté.