Flash International

MSF appelle à une aide internationale urgente pour les réfugiés soudanais au Tchad

Alors que la population continue de fuir le conflit au Soudan, plus de 358 000 réfugiés sont arrivés à la ville frontalière d’Adré, dans l’est du Tchad. Des camps de réfugiés sont en cours de construction, mais les abris et les installations de base disponibles dans les camps sont totalement inadéquats pour répondre aux besoins des personnes qui affluent.

Dans un communiqué, Médecins Sans Frontières (MSF) a appelé la communauté internationale et les organisations humanitaires à répondre d’urgence aux besoins essentiels des personnes cherchant à fuir le conflit, afin d’éviter une situation catastrophique.

« Nous sommes présents dans trois camps de réfugiés ici, où environ 2 000 réfugiés arrivent chaque jour », a expliqué Susanna Borges, coordinatrice d’urgence MSF au Tchad. « Les camps existants dans cette zone sont déjà pleins à craquer, tout comme les abris temporaires de transit. Les gens sont donc transférés vers d’autres endroits, loin de la ville, où de nouveaux camps sont encore en cours de construction », a-t-elle poursuivi.

956 cas de paludisme enregistrés à la clinique MSF de Camp Ecole

A Adré, le seul camp, Camp Ecole, compte 150 000 réfugiés. MSF soutient un service pédiatrique de 250 lits à l’hôpital d’Adré. Une clinique MSF de 38 lits est gérée dans le camp Ecole, avec une ambulance pour l’acheminement des patients. Selon le communiqué, la clinique ne désemplit pas, avec une moyenne de 400 consultations par jour. Le taux de malnutrition est alarmant. Dans le camp Ecole, 351 patients souffrant de malnutrition ont été enregistrés, mais certains d’entre eux ne peuvent pas poursuivre leur traitement car ils ont été déplacés. Nos équipes tentent de les retrouver, mais la rapidité de la relocalisation rend la tâche très difficile.

La saison des pluies est arrivée au Tchad, ce qui entraîne une augmentation considérable du paludisme, et il devient très difficile d’atteindre les zones touchées. En une semaine, la clinique MSF de Camp Ecole a enregistré 956 cas de paludisme, soit près de trois fois plus que la semaine précédente.

Les bailleurs internationaux doivent absolument mobiliser des ressources pour combler le déficit d’aide humanitaire. MSF appelle la communauté internationale à fournir d’urgence des abris, de la nourriture, de l’eau, des installations sanitaires, des soins de santé et des services de protection aux milliers de personnes qui ont fui des niveaux de violence indescriptibles et ont perdu leur maison, leurs moyens de subsistance et leurs proches au Soudan. Une réponse humanitaire rapide et suffisante est leur seul espoir de survivre à une nouvelle catastrophe

Commentaires

Cliquez ici pour publier un commentaire

error: Content is protected !!