A la une International

Afrique du Sud : la présidente de l’Assemblée nationale arrêtée pour corruption 

La présidente du Parlement en Afrique du Sud, Nosiviwe Mapisa-Nqakula, a été arrêtée ce 4 avril 2024, dans le cadre d’une enquête pour corruption sur des faits remontant à l’époque où elle était ministre de la Défense.

« Elle doit être présentée devant un tribunal de Pretoria » dans la journée, a indiqué Henry Mamothame, porte-parole du parquet national sud-africain, confirmant l’arrestation de Mme Mapisa-Nqakula tôt dans la matinée.

Mme Mapisa-Nqakula avait annoncé la veille sa démission, elle qui était à la tête de l’institution parlementaire depuis 2021 et membre du Comité exécutif national (NEC) du Congrès national africain (ANC), parti au pouvoir depuis la fin de l’apartheid,

« Compte tenu de la gravité des accusations très médiatisées dont je fais l’objet, je ne peux pas continuer à ce poste » au Parlement, a-t-elle expliqué dans sa lettre de démission publiée mercredi, prétextant vouloir préserver l’intégrité de l’institution et se concentrer sur l’enquête ouverte contre elle.

Mme Mapisa-Nqakula, 67 ans, est accusée d’avoir perçu d’importantes sommes d’un contractant militaire lorsqu’elle était ministre de la Défense (2014-2021). Selon les médias locaux, elle aurait reçu notamment 2,3 millions de rands (121.000 dollars) en pots-de-vin.

Commentaires

Cliquez ici pour publier un commentaire

error: Content is protected !!